Page:Crépet - Charles Baudelaire 1906.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


IX


LETTRES ADRESSEES À M. EUGENE CREPET POUR RECTIFIER CERTAINS POINTS DE SON (( ÉTUDE BIOGRAPHIQUE ))


I.


(( Monsieur,

» Les éditeurs de M. de Molènes me font connaître une erreur contenue dans votre livre sur Baudelaire ; je ne doute pas de votre empressement à la rectifier.

» Vous attribuez : Les souffrances d’un houzard à Baudelaire. Cette œuvre est de M. de Molènes (i).

(i) Nous avons retrouvé, en effet, la nouvelle dont Baudelaire s’inspira, et qui est bien de M. de Molènes. Elle figure dans un volume in-12 paru cbez Hachette en i863, sous le titre : Les caprices d’un régulier. Les souffrances d’un houzard. Le soldat en 1709. ^

Mais le scénario publié par M. Eugène Grépet et qu’on trouvera dans les Posthumes du Mercure de France, est bien de Baudelaire ; du moins fut-il écrit tout entier de sa main, comme en témoigne cette indication, extraite par le Livre Moderne, t. I, p. in/i, du catalogue 72 des libraires lvonnais Bernoux et Cusnier :