Page:Crépet - Charles Baudelaire 1906.djvu/401

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La Gaîté serait bientôt le Théâtre-Français, et le Théâtre-Français, que serait-il ?

» — Tout enseignement veut d’abord des écoliers, et non une classe de professeurs. Réjouissons-nous donc d’avoir encore dans le peuple un public d’écoliers.

» C’est pour ce public, c’est pour ces écoliers que le théâtre de la Gaîté est fait. Il y a tout un enseignement relatif, et voilà pourquoi notre genre, ridicule ailleurs, est encore si bon chez nous, que certaines pièces dites progressives n’y ont pas fait le sou.

» Ceci posé, je vous offre, pour Y Ivrogne (1), tous mes bons offices.

» Votre dévoué,

» Hostein. »

lettres de m. edouard iiol ssaye (2)

I.

Paris, le 3i janvier i85g.

L’Artiste

Direction

2 5, rue Louis le Grand.

« Cher monsieur, » Décidément, voulez —vous faire l’étude sur Gautier ; ; Si oui, donnez-la cette semaine ; si non, je vais la faire faire par un autre ami de Gautier. » Une réponse, je vous prie.

» Et tout à vous. »

(1) V. ce projet de drame dans ÏEtude b’uHjrapJiique, p. il\o, et, plus loin, la lettre de Tisserant.

(2) Communiquées par M. Albert Ancelle.