Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Belle fille & méchante robe, trouvent toujours qui les accroche.

ACCROCHÉ, ÉE. part. Inuncatus.

ACCROIRE. v. n. Il n’est en usage qu’à l’infinitif, & se met toujours avec le verbe faire. Faire croire à quelqu’un, ce qui n’est pas. Imponere, verba dare, ludificari. Le peuple est si sot, qu’on lui fait accroire tout ce qu’on veut. Vous faites accroire à une infinité de gens que ces points ne sont pas essentiels à la foi. Pasc. D’autres prétendent que faire accroire n’emporte pas que la chose qu’on veut persuader soit fausse ; mais seulement que celui qui l’a dit, a dessein de tromper. Vaug. Ce mot vient de Accredere, qui a été dit en basse Latinité, pour signifier Prêter.

S’en faire accroire, signifie présumer trop de soi-même, tirer vanité d’un mérite qu’on n’a pas pour en imposer aux autres. Multum sibi arrogare. Les Favoris des Princes sont sujets à s’en faire accroire. Cette femme est belle, mais elle s’en fait trop accroire ; sa beauté la rend trop vaine. Je ne hais rien tant que certains esprits qui s’en font extrêmement accroire.

ACCROISSEMENT, s. m. Augmentation d’un corps. Incrementum, accretio L’Accroissement se fait par l’addition de quelques parties qui sont propres à la nature de ce corps ; & c’est en cela que l’accroissement diffère de la raréfaction, dans laquelle les parties qui augmentent le corps, ne sont pas de la nature du corps qui se raréfie. On juge de la fertilité de l’Égypte par l’accroissement du Nil, selon les degrés de hauteur qu’il marque dans la colonne qui est élevée pour cela dans le Calis. Les chênes reçoivent de l’accroissement jusqu’à cent ans.

L’Accroissement disent plusieurs Physiciens, se fait de deux façons, par juxta-position, c’est-à-dire, par une simple position extérieure de nouvelle matière ; & c’est ainsi que croissent, disent-ils, les pierres, les coquilles, &c. ou bien, par intus-susception, lorsqu’un fluide reçu dans les vaisseaux s’attache à leurs parois : & c’est ainsi que croissent les animaux, les plantes. Voyez plante, animal, végétation.

Accroissement. Terme d’Agriculture, se dit de la manière dont poussent ou croissent les végétaux. Ces arbres en peu de temps ont pris un bel accroissement. Le tuf est cause que nos arbres n’ont pris qu’un petit accroissement. Liger. Comme il y a des moyens d’avancer l’accroissement des plantes, ainsi qu’on le peut voir au mot Avancer, il y en a aussi de le retarder. On le fait premièrement en coupant les sommités des branches, lorsqu’elles commencent à pousser : 2°. Par une transplantation fréquente : 3°. En leur donnant de l’ombrage. Chom.

Accroissement, signifie aussi agrandissement. L’accroissement de son parc, de sa maison, lui a beaucoup coûté. De la Mare, dans son Traité de la Police, L. i. Tit. vi. C. 3. & suiv. a marqué tous les accroissemens & embellissemens de Paris depuis les Romains jusqu’à nos temps.

Accroissement, se dit aussi figurément en choses morales, & signifie l’augmentation, la prospérité. Les passions ont leurs accroissemens, & leurs relâchemens. Sa fortune fait tous les jours de nouveaux accroissemens. Accroissement d’honneurs & de dignités. Honoris amplificatio. Les envieux s’affligent de l’accroissement des richesses, ou de la gloire d’autrui. M. Esp.

Accroissement, terme de Jurisprudence. C’est un droit par lequel une portion vacante est jointe & réunie à la portion qui est occupée & possédée par un autre. Cela arrive entre collègues, ou entre membres d’une compagnie, entre légataires, ou par la mort ou l’absence d’un associé, ou d’un confrère. Une chose léguée conjointement, tam re, quàm verbis, à deux légataires, appartient pour le total à celui qui survit le testateur, par droit d’accroissement. L’alluvion est une autre espèce d’accroissement. Les terres que l’attérissement ajoute à un rivage, à une île, &c. appartiennent au propriétaire par droit d’accroissement, si cet accroissement s’est fait insensiblement. Voyez alluvion. Accroissement à la Tontine. Ce mot vient d’accrementum, qui signifie la même chose, d’accrescere, accresco, accroître. Le droit d’accroissement n’a pas lieu dans les contrats entre vifs, tels que sont les donations, à cause que les donataires étant saisis de ce qui leur a été donné, c’est-à-dire, de leurs portions personnelles & viriles dans les choses données, ils n’ont par conséquent aucun droit aux portions des autres.

Accroissement légal en faveur de l’aîné, est un accroissement qui a lieu en Bretagne en faveur de l’aîné, & qui se fait de la portion de la fille mariée à moindre part, ou de la portion de celui qui se fait Religieux, pourvu que le mariage ait été célébré, ou la profession faite du vivant du père : car l’incapacité des héritiers se considère au moment de la délation de l’hérédité.

☞ ACCROÎTRE, v. a. Rendre plus grand, plus étendu. Augere, amplificare. Accroître un parc, un jardin, en y joignant les terres voisines. Voyez Agrandir & Augmenter.

Accroître, v. n. Devenir plus grand, aller en augmentant. Son revenu accroît tous les jours. Crescere, augescere.

Accroître, se dit de même en choses morales. Les richesses ne font qu’accroître la soif. Vaug. On accroît sa puissance, sa gloire, sa réputation, son autorité. Dans le monde les vertus sont affaiblies par les mauvais exemples, & les vices accrus par le libertinage & l’impénitence. Flech.

Tes discours superflus accroissent mes ennuis.

Mol.

On dit de même avec le pronom personnel, son amour, sa colère s’accroissent au lieu de diminuer. Sa gloire, son crédit, son pouvoir s’accroissent tous les jours. Sa terre étoit fort bornée, il s’est accru.

Ce mot vient d’adcrescere, ou accrescere.

Accroître, v. n. En termes de Droit, se dit de ce qui tourne au profit de quelque associé, ou confrère, par la mort ou par l’absence d’un autre. La part de celui qui renonce à une succession, accroît à ses cohéritiers. En toutes les compagnies où il y a bourse commune d’épices, de droits, &c. la part des absens accroît aux présens. Si un testateur associe dans un même usufruit plusieurs personnes, celles qui meurent, celles qui abandonnent, celles qui n’acceptent pas, le laissent entier aux autres. C’est tantôt un droit d’accroître, tantôt un droit de retenir, & de non décroître. Peliss.

ACCROUPIR, S’ACCROUPIR, v. récip. Qui sert à exprimer la posture d’un homme dont le corps est courbé, de façon que la plante des pieds touchant à terre, le derrière touche presque aux talons. Sidere, in clunes residere. La plûpart des Orientaux s’accroupissent au lieu de s’asseoir. Une vieille qui étoit cachée & accroupie derrière un buisson, entendit tout leur entretien.

ACCROUPI, IE. part. C’est aussi un terme de Blason, qui se dit d’un lion & de même des autres animaux quand ils sont assis. In clunes residens. On le dit des lièvres, & des lapins qui sont ramassés : ce qui est leur posture ordinaire quand ils ne courent pas. D’azur au lion accroupi d’argent, &c.

ACCROUPISSEMENT. s. m. Situation de ce qui est : accroupi. Incubitus. l’accroupissement d’un lièvre en forme. Ce mot est peu en usage, & est composé de croupe.

ACCRU, UE. part. d’accroître. Il a les significations de son verbe.

ACCRUE, s. f. Terme des Eaux & Forêts. Additamentum, adcretio, augmentum. Accrue de bois, est une augmentation de l’étendue d’un bois qui se fait naturellement, & sans être planté ni semé. Ce mot a la même origine qu’accroître, & accroissement.

Accrues, est aussi un terme dont se servent quelques-unes de nos Coutumes, pour signifier les îles & attérissemens qui se font dans les rivières. Voyez Alluvion.

Accrues, jeter des accrues, chez les Marchands de filets, faire des boucles au lieu de mailles pour accrocher les filets.

ACCUBE. Vieux mot qui vient d’accumbo, & qui veut dire, Repaire, lit. Lectus, stratum. Borel. Ils tendi-