Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/136

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

au midi de la côte de Venise, & au nord de l’embouchure du Pô.

☞ ADIMA. Ville de la Tartarie Moscovite, à l’orient de la rivière de Mokscha qui la baigne, & va ensuite se jeter dans l’Occa.

ADIMANTE. s. m. Nom propre d’homme. Adimantus. Un fameux Manichéen & disciple de Manès, se nommoit Adimante.

ADIMION. s. m. Terme de Fleuriste. C’est une tulipe amaranthe, avec un peu de rouge & de blanc de Lait.

ADIMAIN. s. m. Animal privé, qui ne se trouve que dans les déserts de la Lybie. Il ressemble au mouton. Il porte une laine courte & très-fine. Il n’y a que la femelle qui ait des cornes. Il a les oreilles fort longues & pendantes. C’est tout le bétail de Lybie, qui fournit aux habitans quantité de lait & de fromage. C’est un animal fort paisible, qui se laisse monter aux enfans, & les porte sur son dos plus d’une lieue ; il est aussi grand qu’un moyen veau. Ablanc. Traduct. de Marmol. Voyez encore Jean Léon l’Africain, Descript. de l’Afrique. P. IX.

ADINÉRER. v.a. Qui vient du Latin Adæneum, aut æris pretium constituere. Ce terme étoit autrefois usité dans les licitations, pour dire, mettre à prix.

ADJOINDRE. v. a. Donner un collègue, associer quelqu’un pour servir d’aide & de conseil, & quelquefois de contrôleur dans une affaire, ou dans une négociation importante. Adjungere. On dit, adjoindre à un rapporteur deux évangélistes, lorsqu’il rapporte un procès, pour examiner l’inventaire & les pièces. Il ne se dit que des personnes.

ADJOINT, OINTE, part.

Adjoint. s. m. Celui qui est joint avec un autre pour lui aider dans son ministère, ou pour en partager les fonctions, ou pour prendre garde à ses actions. Socius, Collega. Ce Syndic ne sauroit rien conclure seul ; il faut négocier avec son Adjoint. On a créé en titre d’office des Adjoints aux enquêtes, pour être présens à la confection des enquêtes avec le Juge commis pour la faire. Le Syndic des Imprimeurs & Libraires a aussi ses Adjoints.

On donne dans l’Académie des Sciences cette qualité à quelques Académiciens. Ce sont ceux qu’on appeloit autrefois Elèves. Ce terme ayant déplu à plusieurs habiles gens, qui ne vouloient point entrer dans l’Académie sous la qualité d’Elèves y on a changé ce nom en celui d’Adjoints, & on les a ainsi appelés, parce qu’ils sont Adjoints à un ancien Académicien, dont ils ont embrassé le genre d’étude ; par exemple, à un Géomètre, à un Botaniste, à un Astronome, à un Anatomiste, à un Chimiste, &c. au lieu qu’autrefois, on les appeloit Elèves de cet Académicien. Les Adjoints, au nombre de douze, composent la troisième classe des Académiciens. Les Adjoints ont succédé à la classe des Elèves par un règlement que le Roi fit en 1716. Voyez l’Histoire de cette Académie pour cette année-là. Adjunctus.

Adjoints, en termes de Rhétorique & de Grammaire, se dit des mots, ou des choses qu’on joint à d’autres pour en augmenter la force, ou pour amplifier le discours : comme les mots adjectifs, ou les épithètes sont adjoints aux substantifs, pour marquer leur nature & leurs qualités. Adjuncta. En Rhétorique on appelle particulièrement adjoints, adjuncta, les lieux communs où l’on peut puiser les argumens : toutes les circonstances d’où naissent les preuves du fait. Quis, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando. Le lieu, le temps, le pourquoi, le comment, &c.

☞ ADJONCTION. s. f. Addition, liaison, jonction. Adjunctio. Ch. Etienne Dict.

Adjonction. Terme de Palais. Jonction d’une personne avec une autre. En France aucun particulier n’a droit de poursuivre la vengeance des crimes : c’est pourquoi on conclut toutes les requêtes de plaintes en matière criminelle, en demandant l’intervention, & en requérant l’adjonction de M. le Procureur-Général, du Procureur du Roi, ou du Procureur Fiscal. Subscriptio.

ADJOURNEMENT. Voyez Ajournement.

ADJOURNER. Voyez Ajourner.

ADJOUSTER, ou ADJOUTER. Voyez Ajouter.

ADJOUSTÉE, ou ADJOUTÉE. Voyez Ajoutée.

ADJOUTAGE. s. m. Voyez Ajoutage.

ADIPEUX, EUSE. adj. Terme d’Anatomie, qui signifie gras. Pinguis, Obesus. Il se dit particulièrement d’un rameau qui sort d’un tronc de la veine cave, qui est un des cinq rameaux iliaques, qui va à la tunique extérieure des reins, parce qu’il est environné de graisse. La membrane appelée pannicule, est adipeuse dans l’homme, & charnue dans les bêtes. Cette membrane est la base des cellules adipeuses. Cellulæ adiposæ. Elle est double, & peut se diviser en deux parties ; l’une intérieure, dans laquelle sont plusieurs petites cellules pleines de graisse ; l’autre extérieure, que les Anatomistes ont confondue avec la membrane charneuse, parce qu’elle a un grand nombre de vaisseaux sanguins. Harris. C’est dans les espaces des fibres de la membrane adipeuse, ou graisseuse, & dans les petites cellules qu’elle forme, que la graisse s’embarrasse & se fige. Les membranes adipeuses sont le troisième des tégumens qui couvrent & environnent le corps. Dionis. Le même auteur appelle aussi la membrane des reins, adipeuse. Les conduits adipeux. Adiposi ductus. C’est ainsi qu’on nomme les sacs, ou vésicules adipeuses, qui portent l’adeps, ou la graisse dans les interstices des muscles, ou dans les parties entre chair & cuir. Id. Ce mot vient du Latin adeps, graisse.

ADIPSOS. s. m. Palmier d’Egypte. Ἄδιψος, C’est un grand arbre qui ne vient pas droit, vert, ayant l’odeur du coignassier, la feuille du myrthe, le fruit du caprier. Ce fruit a une odeur agréable ; mais il n’est pas bon à manger, & n’est point renfermé dans une coquille. Ce fruit cueilli avant qu’il soit mûr, a la propriété d’étancher la soif.

ADIRBEITZAN. s. m. Province de Perse, que l’on nomme aussi Adilbégian, Aderbeigian, & Adzerbaijan. Provincia Aderbezzana. Elle est entre celle d’Erivan au nord, les Cardes & une partie du Diarbek au couchant, le Hierac-Agemi au midi, & le Kilan avec la mer Caspienne au levant. L’Adirbeitzan est l’ancienne Médie Trapatène.

ADIRER. v. a. Ancien terme de Palais. Egarer quelque titre ou papier. Amittere. Cette pièce étoit le fondement de mon procès, le malheur a voulu qu’elle ait été adirée. Adirer les pièces d’un procès. Il vaut mieux se servir d’égarer. Dans une ancienne inscription de l’Eglise du Saint Sépulcre de Rouen, le mot adirer signifie laisser tomber. Ici adira le Prestre le Cors Nostre Seigneur. Voyez la Descrip. Geogr. & Hist. de la haute Norm. tom. II. p. 123.

Quelques uns dérivent ce mot de aderrare, qui a signifié autrefois aberrare à via. Il y a plus d’apparence, disent quelques autres, qu’il vient de, trouver à dire, qui signifie manquer. Mais peut-être trouver à dire vient-il lui-même d’adirer.

ADIRÉ, ÉE. part. Querelles des choses adirées. Cout, Ancien, de Normand.

De la cuillé qu’il a trouvée
Qu’ils ont au manger adirée. Roman de Rou.

Adiré, ée. Perdu, égaré. Amissus. Ce même participe signifie encore, rayé, effacé. Son nom est addiré de l’Etat des Officiers.

ADIRES. Les petits animaux que l’on appelle en Espagne, Adires, sont une espèce de chiens de Barbarie. Ces animaux sont fins & rusés naturellement, ensorte qu’il seroit bien difficile de les attraper, s’ils n’étoient voraces & goulus, ou pour mieux dire, si étant poussés par la faim, ils n’entroient dans les maisons qu’ils trouvent ouvertes : quand ils y rencontrent quelque chose à manger, ils font des cris pour appeler les autres, & ne songeant point à se cacher avec la même ruse dont ils savent si bien se servir dans toutes les autres occasions, se trahissent eux-mêmes, & se font prendre. Les adires (de Perse) sont plus grands que ceux de la même espèce que nous avons vus à Goa, car ils sont aussi forts qu’un grand chien couchant. Mais ceux du pays (c’étoit à Schiras) nous assuroient que ceux qui se retirent dans les jardins & dans les buissons plus éloignes de la ville,

sont