Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/393

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

entrer autant de morceaux ou buches, qu’il en peut contenir.

ANNECI. Ville de Savoie. Annecium. Elle est entre Chambery & Genève, sur le bord du lac d’Anneci. L’Evêque & le Chapitre de Genève font leur résidence à Anneci. Le lac d’Anneci est à peu près au milieu du Genevois.

ANNÉDOTS. s. m. pl. Divinités des Chaldéens, imaginées sur l’idée des Anges bons & mauvais, dont il est parlé dans l’écriture.

ANNÉE. Voyez An.

Année. s. m. Annæus. Nom d’homme. C’est le nom des Sénèques qui étoient originairement de Cordoue, en Espagne, où les Carthaginois avoient long-temps dominé ; ainsi ce nom pourroit bien être punique, & le même que le nom hébreu Anne ; ou bien un langage des premiers habitans d’Espagne, qui viendroit du même nom hébreu.

ANNELER. v. a. Friser les cheveux par anneaux. Capillos crispare, in annulas inflectere, in cincinnos. On le dit aussi d’une cavale qu’on boucle.

ANNELÉ, ÉE. part. Il ne se dit que des cheveux annelés, ou frisés par boucles. Crispatus, cincinnatus. Mais il commence à vieillir. Elle avoit les cheveux annelés. B. Rab.

Beaux cheveux annelés, écueil de ma franchise.

ANNELET. s. m. Petit cercle rond pour attacher des choses légères. Annellus. ☞ Il n’est en usage que comme terme de Blason & d’Architecture. Les annelets en Blason, sont souvent des meubles, dont on charge les écus, parce que c’étoit autrefois une marque de noblesse, de grandeur & de juridiction : & c’est pour cela que les Prélats recevoient leur investiture per baculum & annulum.

Annelets, en termes d’Architecture, sont de petits membres carrés, que l’on met au chapiteau dorique, au dessous du quart de rond. Annelli. On les nomme aussi Filets, ou Listeaux. Annelets se prennent aussi quelquefois pour les baguettes, ou petites astragales.

ANNELURE. s. f. Frisure de cheveux par boucles, par anneaux. Cincinni. Il n’est pas fort usité.

ANNETTE. s. f. Nom de femme, & diminutif du nom Anne. Anna. On ne se sert de ce mot que dans les chansons de berger & de bergère, & dans des chansons. Dans l’usage ordinaire, le diminutif est Nannette.

ANNEXE. s. f. Ce qui est uni ou joint, & qui est dépendant, ou fait partie d’un autre. Appendix. ☞ Il se dit des terres & des domaines attachés à une Seigneurie dont ils n’étoient pas mouvans ou dépendans. C’est un terme de Droit. Les annexes d’une seigneurie. Les annexes qu’un testateur fait de son vivant à l’héritage qu’il a légué, sont comprises dans les legs. Patr. Cette terre est une annexe de son fief qu’il peut démembrer.

☞ On le dit aussi d’un bénéfice, en conséquence de l’union qui en a été faite. Saint Eloi est une annexe de l’Archevêché de Paris.

☞ On le dit de même d’une Eglise où l’on fait les fonctions paroissiales, qui relève d’une Cure, & que l’on appelle annexe, ou Succursale. L’Eglise de Sainte Marguerite étoit une annexe de Saint Paul.

Droit d’Annexe. Jus in tabulas publicas referendi. Le Parlement d’Aix est le seul en France qui jouisse du droit d’annexe, qui consiste dans l’enregistrement des brefs, bulles, dispenses, jubilés, indulgences, & autres semblables rescrits qui viennent de Rome ou de la Légation d’Avignon. C’est Louis de Fourbin, Doyen & Conseiller, Garde des Sceaux du Parlement, Ambassadeur pour les Rois Louis XII, & François I, au Concile de Latran, auquel présidoit Léon X, qui l’obtint en 1515, après avoir parlé devant ce Concile. Merc. Gal.

ANNEXER. v. a. Joindre, attacher quelque chose à une autre. Adjungere, annectere. ☞ Dans le droit, & même le langage ordinaire, on le dit d’une chose moins considérable, jointe & unie à une plus grande. Le Roi a annexé la charge de Président à celle de Lieutenant-Général. Il a annexé un tel droit à un tel office. Il a annexé cette terre à son domaine. On a annexé cette Cure à ce Prieuré. Le Roi Charles VIII en 1486, annexa la Provence à la Couronne.

Annexé, ée. part. pass. & adj. Annexus, adjunctus.

ANNIBAL. s. m. Annibal. Nom d’homme. Ce nom, qui a encore été en usage en Italie, est Carthaginois. Le plus célèbre de ceux qui ont porté ce nom est Annibal, Général des Carthaginois, qui, ayant pris, après la mort d’Asdrubal son beau-frere, le commandement des armées Carthaginoises, l’an 544 de Rome, 220 ans avant Jésus-Christ, âgé seulement de 26 ans, soumit l’Espagne, passa les Alpes, & remporta sur les Romains plusieurs avantages dont il ne sût pas profiter. Nous trouvons encore quatre ou cinq Carthaginois nommés Annibal. Ainsi on ne peut douter que ce ne soit un nom Punique. Cela supposé, il faut qu’il vienne du phénicien חנה, hhanna, qui signifie grâce, comme je l’ai dit au mot Anne, & de בעל, Baal, Seigneur, maître, possesseur, & il signifie Seigneur, ou maître de la grâce, c’est-à-dire, gracieux, plein de grâces. Ce qui confirme ceci, c’est que nous trouvons que des Hébreux ont aussi porté ce nom. Il est parlé dans Josephe, Liv. XIX. Antiq. ch. 7, d’un Juif nommé Annibal ; & de plus la médaille d’Annibalien, dont je parlerai tout à l’heure, écrit ce nom avec une aspiration. Les Grecs ont changé le l de ce nom en s, & disent Ἀννιϐας. Vossius s’est trompé quand il a dit que c’étoient les Latins qui avoient changé le s en l. C’est tout le contraire, & dans la langue originale il y a un Lamed, בעל Baal.

ANNIBALIEN. s. m. Annibalianus, Hannibalianus. C’est le surnom d’un neveu de Constantin le Grand, fils d’un Delmatius, frere de pere du même Empereur. Il y a une médaille de ce jeune Prince dans M. Tristan, T. 3, p. 501, laquelle du côté de la tête a pour inscription, FL. CL. HANNIBALIANO REGI : & au revers, SECVRITAS PVBLICA, un fleuve avec son urne, qui a un roseau au côté gauche, & tient de la main droite, ou un roseau, comme prétend Mézabarba, ou plutôt, comme dit Tristan, un long sceptre, sur lequel il s’appuie ; & dans l’exergue, Conob. Constantin son oncle l’avoit fait Roi du Pont. Il y a encore d’autres Hannibaliens avant celui-ci. Voyez M. Tristan, Tom. III. p. 493. Plusieurs écrivent Hannibal & Hannibalien, & certainement c’est le même ; l’usage latin, qui paroît sur les médailles que j’ai rapportées, & l’étymologie de ces mots, que j’ai donnée au mot Annibal, demandent un H au commencement. Constantius Chlorus eut deux femmes, Hélène & Théodora. D’Hélène il eut Constantin, & de Théodora, Jules Constantius & Delmace, surnommé Hannibalien, que Constantin son frere fit couronner. Celui-ci laissa deux fils, Jules Delmace, & Claude Hannibalien. Constantin donna à Delmace le titre de César, avec la Thrace, la Macédoine & l’Achaïe ; à Hannibalien, le titre de Roi, avec la Cappadoce, le Pont & l’Arménie. Sa résidence étoit à Césarée de Cappadoce. Fleur.

ANNIBAULD. s. m. Annibaldus. Ce mot, que nous avons fait françois, & formé du latin Annibaldus, en changeant à l’ordinaire al en au, n’est autre chose que le nom d’Annibal, avec une terminaison latine. Je crois que d’abord on a dit Anniballus, doublant le l, comme dans Hanniballianus, dont je viens de parler ; puis changeant le l en d, Annibaldus, Annibaud.

ANNICHILER. v. a. Vieux mot, qui veut dire, anéantir. Borel. Annihilare, Exinanire, Funditùs tollere. Ce mot vient des mots nihil ou nihilum, qui se trouvent écrits dans les manuscrits, nichil & nichilum. Mais on peut croire qu’il tire son étymologie immédiate du verbe italien Annichilare, qui a la même signification. Voyez Annihiler.

Arrière donc, Royne Pentésilée,
Maintenant est ta gloire annichilée.

Marot.