Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 11.djvu/794

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sert en plusieurs endroits du Languedoc & de la Provence, qui est de 9 pouces 9 lignes.

Palme de Genes, palme de 9 pouces 9 lignes.

Palme de Naples, palme de 8 pouces 7 lignes.

Palme de Palerme, palme de 8 pouces 5 lignes.

Palme romaine moderne, palme de 12 onces, qui font 8 pouces 3 lignes & demie.

Il ne faut pas confondre palmus & palma ; ce sont deux choses différentes : palmus, comme nous venons de le dire, est de 4 doigts, & répondoit à la paleste des Grecs : palma est le double, c’est-à-dire de 8 doigts. Voyez Greaver, on the roman foot. (D. J.)

Palme, s. f. (Architect. Décorat.) branche de palmier qui entre dans les ornemens d’Architecture, & qui sert d’attribut à la victoire & au martyre.

PALMELA, (Géog. mod.) petite ville de Portugal dans l’Estramadure, avec un château bâti sur le roc. Elle est à 2 lieues N. de Sétubal, 7 S. E. de Lisbonne. Long. 9. 27. latit. 38. 30.

PALMÉO, le, (Commerce.) droit qui se perçoit par le roi d’Espagne sur les balles de marchandises destinées pour l’Amérique, leur volume réduit en palme cubique. Le droit est de 5 réaux & demi par palme cube, & c’est de cette mesure que la taxe a pris le nom de palméo. (D. J.)

PALMER, s. m. (Hist. mod.) non anglois qui dans les anciens écrivains en cette langue signifie un pelerin, & quelquefois un croisé, par rapport aux bâtons ou branches de palmier qu’ils portoient après leur retour de la Terre sainte en signe de dévotion. Voyez Pelerin, Croisé, Croisade.

Il y a à Paris dans l’église des grands Cordeliers une confrairie de Jérusalem, dont on nomme les confreres palmiers, parce que dans les processions ils portent une palme à la main.

Palmer les aiguilles, (Epinglier.) c’est les applatir avec un marteau sur l’enclume par le bout opposé à la pointe, pour commencer à en former le chas ou le cul.

PALMETTE, s. f. (Jardinage.) est un petit feuillage à deux traits de buis très-simple, & moins crochu dans son contour que le bec de corbin ; il est très-employé dans les parterres de broderie. Voyez Parterre. (K)

Palmettes, s. f. pl. (Archit. Décorat.) petits ornemens en maniere de feuilles de palmier, qui se taillent sur quelques montures. (D. J.)

PALMIER, s. m. (Hist. nat. Bot.) palma (Planche XXVIII. fig. 3.) genre de plante. Il y a de grandes différences entre les diverses especes de palmiers, soit pour les fleurs, soit pour les fruits ; les unes ont les fleurs monopetales, dans d’autres elles sont polypétales, & parmi celles-ci les unes sont stériles, & les autres fertiles : il se trouve quelquefois dans la même gaîne des fleurs fertiles & des fleurs stériles, mais séparées les unes des autres : il y a aussi des fleurs stériles & des fleurs fertiles qui ont séparément chacune une gaîne : enfin on voit des especes dont les fleurs sont tout-à-fait stériles ; les embryons sont nuds & séparés des fleurs sur la même plante. Les fruits n’ont pas moins de variétés, car dans quelques especes le fruit est mou, charnu, & renferme un noyau très-dur ; dans d’autres especes, les fruits sont secs, durs, ou en forme de coques osseuses, revêtues d’une écorce molle ou fibreuse ; ces coques renferment une amande solide ou une amande creuse, qui est remplie d’une liqueur aqueuse.

Le palmier est un genre de plante qui a un tronc droit dépourvû de branches, & dont la racine ne pousse point de rejettons, il est garni au sommet de côtes disposées en rond qui portent de petites feuilles ; ces côtes se dessechent ou tombent par vetusté. Au milieu de ce qui en reste, il en renaît de nou-

velles, entre lesquelles s’élevent des gaines qui s’ouvrent

de bas en-haut, & qui contiennent des fleurs & des embryons disposés en forme de grape.

Le palmier differe par ce dernier caractere de certaines especes de fougere en arbre qui ont comme le palmier le tronc simple, qui ne poussent ni branches, ni rejettons, & dont le sommet est garni de côtes qui tombent par vétusté, & qui se renouvellent toujours entre celles qui sont restées. Il y a des especes de bananier ou musa, qui ressemblent aussi au palmier ; car elles ont le tronc simple & garni au sommet de feuilles disposées en rond, & elles portent des gaines qui renferment des fleurs & des embryons disposés en grappes ; mais le palmier differe de ces especes en ce qu’elles se multiplient toutes par des rejettons qui viennent de la racine. Plumier, nova plant. amer. gen. Voyez Plante.

Les principales especes de palmiers sont 1° le palmier dattier : c’est le palmier par excellence, dont on trouvera par conséquent la description détaillée, qui peut suffire pour les autres especes de palmiers, & abréger cet article. Voyez donc Palmier dattier.

2°. Le palmier nain épineux, palma minor, C. B. P.

3°. Le latanier, nommé par Ray, palma brasiliensis prunifera, folio plicatili, seu flabelliformi, caulice squammato. Voyez Latanier.

4°. Le chou palmiste, en anglois, the cabbage-tree ; en botanique, palma altissima, non spinosa, fructu pruniformi, minore, racemoso sparso, Sloane, Cat. Jamaïc.

5°. Le palmier oléagineux, palma foliorum pediculis spinosis fructu pruniformi, lacteo, oleoso, Sloane, Cat. Jamaïc. 175. en anglois, the oily palm-tree.

6°. Le grand palmier tout épineux, palma tota spinosa, major, fructu pruniformi, Sloane, Cat. Jamaïc. en anglois, the great maccaw-tree.

7°. Le palmier nain sans épines, à feuilles en éventail & à racines multipliantes, palma humilis, radice repentissimâ, soboliferâ, folio flabelliformi, pedunculo vix spinoso, Boerh. Ind. alt.

8°. Le palmier sang-dragon, palma prunifera, foliis ynecoe, è quâ sanguis-draconis, Com. Hort. Amstoel. en anglois, the dragon-tree. On le décrira au mot Sang-dragon.

9°. Le palmier du Japon, épineux, à feuilles de polypodes, palma japonica, spinosis, pediculis polypodii folio ; Farad. Batav. Boerh. Ind. alt. 270. C’est le palmier dont la fécule desséchée se nomme sagou. Voyez Sagou.

10°. Le cocotier, palma indica coccigera angulosa, C. B. P. 108. Voyez Cocotier.

11°. Le palmier vinifere de Thevet, palma vinifera Theveti, J. B. & C. B. P.

12°. Le palmiste franc, ou le palmier royal de Rochefort, palma nobilis, seu regalis, jamaïcensis & barbadensis, Sloane, Cat. Jamaïc. Il y a quantité de palmiers de cette espece.

13°. Le palmier de Malabar, qui ne porte qu’une fois du fruit, & qui est ombragé de feuilles en éventail, plians & très-larges, palma montana, Malabarica, semel tantùm frugifera, folio plicatili, flabelliformi, maximo, Hort. Malab.

Toutes les especes de palmiers peuvent être élevées de graînes qu’on semera dans des pots remplis de terre légere : on plongera ces mêmes pots dans un lit de tan ; & quand les jeunes plantes auront poussé, on les transplantera dans d’autres pots, qu’on tiendra dans une serre chaude jusqu’à ce que les plantes ayent acquis quelque force. Il est vrai que ces arbres viennent très-lentement dans nos climats, mais ils ne viennent guere plus vîte dans leur pays natal.