Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 12.djvu/710

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ge plantain, plantago latifolia, sinuata. Inst. rei herb. 127.

Sa racine est courte, grosse comme le doigt, garnie de fibres blanchâtres sur les côtés ; elle pousse des feuilles larges, luisantes, rarement dentelées en leurs bords, ordinairement glabres ou sans poils, marquées chacune de sept nerfs apparens dans leur longueur ; ces feuilles sont attachées à de longues queues & couchées à terre.

De la même racine & du milieu des feuilles, il s’éleve plusieurs tiges à la hauteur d’environ un pié, rondes, difficiles à rompre, quelquefois rougeâtres, un peu velues ; elles portent au sommet un épi oblong, qui soutient de petites fleurs blanchâtres ou purpurines ; chacune de ces fleurs est un tuyau fermé dans le fonds, évasé en-haut, découpé en quatre parties, & garni de plusieurs étamines. Lorsque la fleur est passée, il lui succede un fruit ou une coque membraneuse, ovale, pointue ou conique, qui s’ouvre en travers, comme une boëte à savonnette, & qui renferme plusieurs semences menues, de figure ovale, ou oblongue, & de couleur rougeâtre.

Cette plante croît presque par-tout le long des chemins, des haies, dans les cours, dans les jardins, aux lieux herbeux & incultes. Elle fleurit en Mai & Juin, & donne sa graine en Août ; on l’emploie beaucoup en Médecine, ainsi que le plantain blanc, plantago latifolia, incana ; & le plantain étroit, plantago angustifolia ; on les regarde comme détersifs, astringens & résolutifs.

L’espece de plantain des environs de Paris, nommé par Tournefort, plantago palustris, gramineo folio, monanthos parisiensis, a deux singularités ; l’une que sa fleur est à étamines, c’est-à-dire mâle & stérile ; & l’autre qu’au bas du pédicule de cette même fleur, il en naît deux ou trois fleurs à pistil ou femelles qui sont fécondes ; on peut lire à ce sujet les Observations de M. de Jussieu dans les Mém. de l’Acad. des Scienc. ann. 1742.

Finissons par remarquer que M. Linnæus renferme dans la classe de ce genre de plante, non-seulement les différentes especes de plantain de Tournefort, mais encore le psyllium, le coronopus ou corne de cerfs, & le gramen junceum ; voici briévement comme il caractérise ce genre de plante.

Son calice, quoique droit & court, est divisé en quatre quartiers dans les bords, & subsiste après que la fleur est tombée. La fleur est monopétale, en forme de tube cylindrique arrondi, avec des bords découpés en quatre parties ; les segmens sont abaissés & pointus ; ses étamines forment quatre filets capillaires & droits ; les bossettes sont oblongues, applaties & menues ; le germe du pistil est ovoïde, le style est délié, & de moitié moins long que les étamines ; le stigma est simple ; le fruit est une capsule ovale, s’ouvrant horisontalement, & contenant deux semences, les graines sont oblongues & nombreuses. (D. J.)

Plantain, (Mat. méd.) grand, moyen & petit ; on emploie indifféremment ces trois especes pour l’usage de la Médecine. Le plantain est mis au rang des plantes vulnéraires astringentes ; & on lui accorde de plus une qualité fébrifuge. On emploie le suc des feuilles, la décoction de la racine & celle de la semence ; l’extrait & l’eau distillée du plantain sont aussi en usage ; & enfin on en retire une eau distillée à laquelle on attribue communément les mêmes vertus qu’à toutes les préparations précédentes.

Tous ces remedes sont employés communément pour l’usage intérieur, toutes les fois que les astringens sont indiqués, comme dans la dyssenterie, & toutes les especes d’hémorrhagie interne, & beaucoup plus rarement, mais quelquefois cependant contre les fievres intermittentes.


Le plantain étant absolument privé de tout principe volatil, il est démontré que son eau distillée ne possede aucune vertu médicamenteuse. Cette eau est cependant un excipient assez commun des juleps astringens, quoique de toutes les propriétés des végétaux, celle qui se transmet le moins à l’eau qu’on en sépare par la distillation, soit évidemment la qualité astringente. L’usage le plus commun de cette eau est pour les collyres toniques & répercussifs, qu’on emploie très-souvent dans les ophtalmies. Il n’est pas inutile de répéter que l’eau de plantain est un ingrédient absolument inutile de ces collyres.

La racine & les feuilles de plantain entrent dans l’eau vulnéraire, & en sont un des ingrédiens puériles, & pour ainsi dire indécens, comme on peut le déduire facilement de ce que nous venons d’observer sur l’eau distillée de plantain. Voyez Vulnéraire, eau. Les feuilles entrent dans la décoction astringente de la pharmacopée de Paris, dans le syrop d’althéa de Fernel, dans celui de consoude, &c. les semences dans la poudre diarrhodon, l’onguent de la comtesse, &c. (b)

PLANTAIRE, adj. (Anat.) est le nom d’un muscle charnu dans son origine ; il vient de la partie postérieure supérieure du condile externe du fémur, & descend un peu entre les jumeaux & les solaires, où il se change en un tendon long & mince, qui s’avance à l’extérieur du tendon d’Achille, & s’insere à la partie supérieure & postérieure du calcaneum. Voyez nos Planches d’Anatomie. Voyez aussi Pied, Palmaire, &c.

Quelques auteurs comptent ce muscle parmi les extenseurs du pié. Voyez Extenseur.

C’est le petit jambier postérieur de M. Winslow.

L’aponévrose plantaire vient des deux tubérosités qui se remarquent à la face inférieure du calcaneum, & recouvrant tous les muscles situés sous le pié, va se terminer aux parties latérales & supérieures des premieres phalanges.

Les arteres plantaires sont la continuation de l’artere péronniere & de la tibiale qui s’anastomosent dans la plante du pié, & forment un arc duquel il part différens rameaux qui se distribuent aux doigts & aux autres parties ; celle que produit la péronniere prend le nom de plantaire externe ; & celle qui est la suite de la tibiale se nomme plantaire externe. Voyez Peroniere & Tibiale.

Les nerfs plantaires sont des branches du nerf sciatique tibial. Voyez Sciatique.

Le nerf plantaire externe se distribue au pié en se portant tout le long de la partie interne de la plante du pié, & fournit quatre rameaux pour les parties latérales & inférieures des trois premiers orteils, & pour la partie latérale voisine du quatrieme. Ces rameaux communiquent par leur rencontre de leurs extrémités au bout de chaque orteil.

Le nerf plantaire externe se porte vers les parties latérales externes en inférieures du pié, se distribue aux parties voisines, & forment des rameaux aux deux derniers orteils.

PLANTAS, ou PLANÇON, s. m. (Jardinage.) est un rameau que l’on coupe sur un arbre tel que le saule, & qu’après avoir éguisé on fiche en terre, où il reprend parfaitement sans racine.

PLANTARD, s. m. terme d’Agriculture ; grosse branche de saule, d’aulne, de peuplier, &c. qu’on choisit pour planter quand on étête ces arbres.

PLANTATION, s. f. (Moral.) je mets les plantations au rang des vertus, & j’appelle ce soin une vertu morale nécessaire à la société, & que tout législateur doit prescrire.

En effet, il n’est peut-être point de soin plus utile au public que celui des plantations ; c’est semer l’abondance de toutes parts, & léguer de grands biens