Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/582

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au voisinage du Tirol, & finit par se perdre dans l’Inn. (D. J.)

SALTZA, (Géog. mod.) ville d’Allemagne, dans la basse-Saxe, au duché de Magdebourg, sur l’Elbe, à deux milles de Calbe, & autant de Magdebourg ; elle tire son nom des sources salées qui s’y trouvent. Cette ville a été quelque tems libre, & Charlemagne y tint les états de l’empire en 803 ; mais elle a éprouvé de grands malheurs par la longue guerre civile d’Allemagne, & elle ne s’en est pas relevée. Long. 29. 35. lat. 52. 24. (D. J.)

SALTZBERG, (Géog. mod.) ville du royaume de Norvège, au gouvernement d’Aggerhus, sur le Drammen, à quatorze milles pas de Christiania, vers le couchant. Long. 26. 6. lat. 59. 4. (D. J.)

SALTZBOURG, (Géog. mod.) ville d’Allemagne, dans le cercle de Baviere, siege archiépiscopal, & capitale d’un état souverain, possedé par l’archevêque de Saltzbourg. Cette ville est sur la riviere de Saltz ou Saltzach, qui la traverse, & qu’on passe sur un pont de bois couvert, à 18 lieues au midi de Passau, & à 30 de Munick. Long. 30. 40. lat. 37. 42.

Il paroît que Saltzbourg, en latin Salisburgum, a pris son nom de la riviere de Saltz qui y passe. L’ancienne ville de Jurava ou Juravum des Romains, à laquelle elle a succédé, avoit été ruinée l’an 448, par Attila roi des Huns. Elle fut ensuite rebâtie par les ducs de Baviere, à la recommandation de S. Rupert. Charlemagne l’a choisi en 803 pour être le lieu du rendez-vous de ses ambassadeurs, avec ceux de Nicephore, empereur de Constantinople, qui y traiterent des bornes des deux empires. Cette même ville fut presque réduite en cendres vers l’an 1195, & rétablie peu de tems après. L’archevêque Paris de Lodron l’entoura de murailles.

Sa cathedrale est une des plus belles églises d’Allemagne, & le chapitre un des plus nobles ; il consiste en vingt-quatre chanoines, qui font tous preuve de huit quartiers ; ils ont tous une maison particuliere,

Et laissent en leur lieu
A des chantres gagés le soin de louer Dieu.

L’université de Saltzbourg a été fondée par le même archevêque qui entoura la ville de murailles ; cette université a pour professeurs des bénédictins, excepté pour le droit civil ; le recteur est toujours un religieux.

L’état de l’archevêque de Saltzbourg est borné au nord, par la Baviere ; au nord-est & à l’est, par l’Autriche ; au midi, par la Carinthie & par le Tirol, qui avec la Baviere le déterminent à l’occident. Ce pays est plein de montagnes qui fournissent des eaux minérales ; mais Saltzbourg est l’unique ville qui s’y trouve. (D. J.)

SALVADOR, San, (Géog. mod.) nom commun à plusieurs lieux.

1°. San-Salvador, ville d’Afrique, sur la côte orientale de l’Ethiopie, capitale du Congo, sur une montagne escarpée. Elle est le séjour du roi du pays, & s’appelloit Congo, avant que les Portugais eussent changé son nom. Elle est aujourd’hui peuplée d’européens. Les jésuites & les capucins y sont établis ; l’évêque est suffragant de Lisbonne. Latit. méridionale, 5.

2°. San-Salvador, ville de l’Amérique, au gouvernement de Guatimala, à 7 lieues de la mer du sud, à 40 de San Jago, de Guatimala, dans un terrein fertile en fruits, & dans un air assez temperé. Latit. septentionale, 13. 6.

3°. San-Salvador, ville de l’Amérique méridionale, au Bresil, dont elle est la capitale. Elle est grande, bien bâtie, fort peuplée, très-commerçante, &-


située sur la baie de tous les Saints, Bahya de Todos los Santos ; son assiette n’est pas avantageuse, parce qu’elle est haute & basse, & qu’elle n’a presque point de rues qui soient droites.

Comme on ne peut s’y servir d’aucunes voitures, les esclaves y font la fonction de chevaux, & transportent d’un lieu à un autre, toutes les marchandises ; ils portent aussi les habitans sur une espece de lit de coton à réseau, suspendu par les deux bouts ; ce lit ou palanquin est couvert d’une impériale, d’où pendent des rideaux qui empêchent d’être vû, & qui garantissent du soleil. On est fort à son aise dans ce lit ; la tête repose sur un chevet, & le corps sur un petit matelas proprement piqué ; la chaleur violente du climat, & la molesse extrème des habitans, ont rendu ces hamacs très-communs, non-seulement pour faire les visites, mais aussi pour se rendre à l’église.

San-Salvador, est la résidence du viceroi du Bresil, le siege d’un archevêque, d’un conseil souverain, & d’une cour des monnoies.

Les maisons y sont hautes, & presque toutes de pierre de taille & de brique. Les églises sont riches, & les communautés nombreuses ; les jésuites seuls y sont au nombre de près de deux cens, & les plus riches de tous les religieux. Ils y possedent une église & un college magnifique, où ils entretiennent six régens pour enseigner.

San-Salvador, est un lieu de grand abord pour les marchandises qui s’y trafiquent, telles que sont les toiles, les baies, les serges, & les perpétuanes ; les chapeaux, les bas de soie & de fil, les biscuits, les farines, le froment, les vins de port-à-port, &c. les huiles, le beurre, le fromage, les batteries de cuisine, les esclaves de Guinée, &c. Pour toutes ces choses, on y reçoit en retour de l’or, du sucre, du tabac, du bois de teinture de Brésil & autres ; des peaux, des huiles, des suifs, du baume de copahu, de l’ypécacuana, &c.

Cette ville si avantageuse pour les Portugais, est sur une hauteur de 80 toises, qui dépend de la côte orientale de la baie de tous les Saints. Cette hauteur est très-difficile à grimper, & on s’y sert d’une espece de gruë pour monter & descendre les marchandises du port à la ville.

San-Salvador est en général bien fortifiée, mais la garnison est aussi débauchée que mal disciplinée. Les autres habitans ne valent guere mieux ; ils sont voluptueux, ignorans, vains, & bigots. Ils marchent ordinairement un rosaire à la main, un chapelet au col, un S. Antoine sur l’estomac, un poignard sur le sein, un pistolet dans la poche, & une longue épée au côté, afin de ne pas perdre l’occasion en disant leurs chapelets, de se venger d’un ennemi. Lat. méridionale, 12. (D. J.)

SALVAGE, s. m. (Droit de naufrage.) c’est un droit qui se paye à ceux qui ont aidé à sauver des marchandises & autres choses qui périssoient dans un naufrage : ce droit est ordinairement le dixieme de ce qu’on a sauvé. (D. J.)

SALVAGES îles, (Géog. mod.) on nomme ainsi deux petites îles d’Afrique dans l’Océan atlantique, entre Madere au nord & les Canaries au midi ; elles sont incultes & inhabitées ; on croit cependant que ce sont les îles de Junon, Junoniæ insulæ. (D. J.)

SALVATELLE, s. m. terme d’Anatomie, branche fameuse de la veine axillaire qui s’étend sur la partie extérieure de la main, entre le doigt annulaire & le petit doigt. Voyez Axillaire & Veine.

Plusieurs médecins, à l’imitation des Arabes, recommandent la saignée de la salvatelle, comme très propre dans les fievres tierces & quartes, & dans les maladies hypocondriaques.

SALVATIERRA, (Géog. mod.) il y a deux à