Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/92

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


latte de neuf, & qu’on la recouvre de la même tuile, & au défaut de l’ancienne, de nouvelle. Le remaniement se paye ordinairement à la toise quarrée de 36 piés de superficie par toise. Savary. (D. J.)

Remaniement, (Imprim.) Voyez Remanier.

REMANIER, terme d’Imprimeur, il s’entend ou du remaniement de la composition, ou du remaniement du papier ; remanier sa composition, c’est lorsqu’on est contraint, par l’oubli de la part du compositeur, ou par des corrections extraordinaires du fait de l’auteur, de retrancher d’une page ou ajouter des mots ou des lignes entieres : on entend aussi par remanier ou remaniement, lorsque l’on transforme un format, in-12. par exemple, en in-4°. à deux colonnes ; ce qui fait qu’un même ouvrage peut paroître imprimé en même tems de deux formats différens.

Remanier le papier, fonction des ouvriers de la presse, c’est, dix ou douze heures après qu’il a été trempé le remuer, de huit en huit feuilles, en le renversant en tout sens, & passer la main par-dessus, pour l’étendre & ôter les plis qui se font quelquefois en trempant, afin que les feuilles n’étant plus dans la même position les unes à l’égard des autres, il ne s’en trouve aucune ni plus ni moins trempée, & qu’elles soient toutes également pénétrées de l’humidité convenable pour l’impression ; cette opération faite, on charge le papier comme on a fait en premier lieu. Voyez Tremper le papier.

REMARCHANDER, v. act. (Comm.) marchander plusieurs fois.

REMARIER, se, (Jurisprud.) signifie contracter un nouveau mariage, ce qui s’entend quelquefois de la rehabilitation que l’on fait d’un mariage auquel il manquoit quelque formalité, mais plus souvent d’un second, troisieme, ou autre mariage. Voyez Mariage, Noces, Secondes noces. (A)

REMARQUABLE, adj. (Gramm.) qui mérite d’être remarqué. Il y a dans cet ouvrage un morceau remarquable ; il a paru cette année dans le ciel un phénomene remarquable. Alexandre faisant alternativement des actions généreuses & atroces, méprisant, punissant même dans un autre la vertu qu’il estimoit le plus en lui-même, est une espece de monstre remarquable. La mémoire de certains enfans est un prodige remarquable.

REMARQUE, s. f. (Gramm.) observation singuliere sur quelque chose ou quelque personne. On fait des remarques sur un ouvrage obscur ; sur la conduite d’un enfant ; sur les discours d’un homme ; sur le cours des affaires publiques. Les remarques ou approuvent, ou blâment, ou instruisent.

Remarque, (Chasse.) est un mot que crie celui qui mene les chiens quand les perdrix partent, & remarqueurs se dit de ceux qu’on mene à la chasse pour remarquer la perdrix.

REMARQUER, OBSERVER, (Synonymes.) on remarque les choses par attention pour s’en ressouvenir. On les observe par examen, pour en juger.

Le voyageur remarque ce qui le frappe le plus.

L’espion observe les démarches qu’il croit de conséquence.

Le général doit remarquer ceux qui se distinguent dans ses troupes, & observer les mouvemens de l’ennemi.

On peut observer pour remarquer, mais l’usage ne permet pas de retourner la phrase.

Ceux qui observent la conduite des autres pour en remarquer les fautes, le font ordinairement pour avoir le plaisir de censurer plutôt que pour apprendre à rectifier leur propre conduite.

Lorsqu’on parle de soi, on s’observe & on se fait remarquer.

Les femmes ne s’observent plus tant qu’autrefois, leur indiscrétion va de pair avec celle des hommes.


Elles aiment mieux se faire remarquer par leur foiblesse, que de n’être point fêtées par la renommée. Girard. (D. J.)

REMASQUER, v. act. (Gram.) remettre le masque. Voyez Masque & Masquer.

REMBALLER, v. act. (Gram.) remettre en balle ou ballot. Voyez Balle & Ballot.

REMBARQUER, REMBARQUEMENT, rentrer dans un vaisseau & s’embarquer pour la seconde fois. Voyez Barque, Embarquer & Embarquement.

REMBERVILLE, (Géog. mod.) petite ville de France au diocèse de Toul, chef-lieu d’une châtellenie dépendante de l’évêché de Metz. Il y a une petite forteresse, un couvent de bénédictines & des capucins. (D. J.)

REMBLAI, s. m. (Architect.) c’est un travail de terres rapportées & battues, soit pour faire une levée, soit pour applanir ou régaler un terrein, ou pour garnir le derriere d’un revêtement de terrasse, qu’on aura déblayée pour la construction de la muraille. Daviler. (D. J.)

REMBLAVER, v. act. (Gram. & Econ. rustiq.) c’est resemer une terre en blé. On peut remblaver une bonne terre deux années de suite.

REMBOITER, v. act. (Gram.) remettre à sa place. Il ne se dit guere que des os disloqués.

REMBOURRAGE, s. m. (Gram.) c’est l’action de rembourrer, ou la chose dont on rembourre. Voyez Rembourrer.

Rembourrage, s. m. (Draperie.) c’est un des apprêts que l’on donne aux laines de diverses couleurs qu’on a mêlées ensemble pour la fabrique des draps mélangés.

REMBOURRER, v. act. (Gram.) c’est remplir de bourre. On dit rembourrer un fauteuil, une selle, un bât : on ne rembourre pas seulement avec la bourre, mais toutes les autres choses molles, comme la laine, la soie, le crin, le coton ; alors on dit rembourré de laine, de soie, de crin, de coton.

Rembourrer, (Maréchal.) une selle, un bât, c’est mettre de la bourre ou du crin dans les panneaux. Voyez Selle, Panneau.

REMBOURRURÉ, les Selliers appellent ainsi la bourre ou le crin qu’ils mettent dans les panneaux des selles.

REMBOURSEMENT, s. m. (Commerce.) action par laquelle on paye, on rend ce qui étoit dû ou ce qui avoit été reçu. Celui qui a donné une lettre de change en payement doit en faire le remboursement lorsqu’elle revient à protêt faute d’acceptation ou de payement. Voyez Lettre de change & Protest. Dict. de comm. & Trév.

REMBOURSER, v. act. (Commerce.) rendre à quelqu’un l’argent qu’il a déboursé ou avancé. Rembourser signifie aussi rendre le prix qu’une chose avoit coûté à son acquéreur. Id. ibid.

REMBRASER, v. act. (Gram.) c’est embraser de rechef ; l’incendie commençoit à s’éteindre, un vent violent a tout rembrasé.

REMBRASSER, v. act. (Gram.) embrasser de nouveau : ils ont été si satisfaits de se retrouver, qu’ils se sont embrassés & rembrassés plusieurs fois.

REMBRE, v. act. (Jurisprud.) vieux terme de droit synonyme à rédimer, par lequel on entendoit retirer un héritage par faculté de rachat.

REMBRUNIR, v. act. (Gram.) c’est rendre ou devenir brun ; les fonds de ce tableau sont trop rembrunis.

REMBUCHEMENT, s. m. terme de Chasse, ce mot se dit en Vénerie, lorsqu’une bête, comme le cerf ou sanglier, est entré dans le fort, & que vous brisez sur les voies, haut & bas, de plusieurs brisées ; voilà pour le vrai rembuchement ; mais le faux rembuchement,