Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 2.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le d’Allemagne, dans la basse Saxe, maintenant bourg, sur la riviere d’Ilmeneau.

Il y a aussi un bourg de ce nom dans le comté de Hollande.

BARDIS, s. m. c’est, en Marine, un batardeau fait de planches sur le haut du bord d’un vaisseau, pour empêcher l’eau d’entrer sur le pont lorsqu’on couche ce vaisseau sur le côté pour le radouber.

Bardis, ce sont encore des séparations de planches, qu’on fait à fond de cale, pour charger des blés & d’autres grains ; les unes se font en travers, les autres en long. (Z)

* BARDIT (Hist. anc.) c’est ainsi que le chant des anciens Germains est appellé dans les auteurs Latins qui ont écrit de ces peuples. Les Germains n’ayant encore ni annales ni histoires, débitoient toutes leurs rêveries en vers : entre ces vers, il y en avoit dont le chant s’appelloit bardit, par lequel ils s’encourageoient au combat, & dont ils tiroient des augures, ainsi que de la maniere dont il s’accordoit à celui de leurs voix.

* BARDOCUCULLUS ou BARDAICUS CUCULLUS, selon Casaubon (Hist. anc.) partie du vêtement des Gaulois de Langres & de Saintes ; c’étoit une espece de cape qui avoit un capuchon commode pour ceux qui ne vouloient pas être connus dans les rues. Martial lui donne la forme d’un cornet d’épices. Il y en a, dit le savant Pere Montfaucon, qui croyent, & non sans fondement, que ce capuchon avoit une appendice, & qu’il tenoit à une cape ou à la penula. Quoi qu’il en soit, on convient que le cucullus étoit la même chose que le bardocucullus ; que cet ajustement venoit des Gaulois ; qu’on s’en servoit particulierement dans la Saintonge, & que la débauche en fit passer l’usage à Rome où on le trouva très propre pour courir la nuit, & incognito, des avantures amoureuses :

Si nocturnus adulter, Tempora santonico velas adoperta cucullo.

Satyr. viii.

Je ne sai s’il reste encore en Saintonge quelque vestige de l’usage du cucullus & de la cape : mais les femmes du peuple portent encore aujourd’hui à Langres, une espece de cape qui leur est particuliere, & dont elles n’ignorent pas l’avantage.

BARDOT (Maréch. & Manege.) on appelle ainsi un petit mulet. (V)

* BARDT (Géog.) ville d’Allemagne, dans le duché de Poméranie, proche la mer Baltique. Long. 31. lat. 54. 23.

* BAREITH (Géog.) petite ville d’Allemagne, en Franconie, dans le margraviat de Culmbach. Long. 29. 20. lat. 50.

* BARENTON (Géog.) petite ville de France, dans la basse Normandie, au diocese d’Avranches, vers la source de l’Ardée.

* BARFLEUR (Géog.) ville de France, en Normandie, dans le Cotentin. Long. 16. 23. 35. lat. 49. 40. 17.

* BARFOULS, s. m. pl. (Commerce.) étoffe qui se fait à Cantor, qui sert de vêtemens aux Négres, & qu’ils échangent avec les Européens, contre du fer.

* BARGA (Géog.) petite ville de Toscane, en Italie, sur la riviere de Scorchio, dans le Florentin.

BARGE, oiseau. Voyez Petit Corlieu.

BARGE, s. f. pl (Marine.) anciennement on se servoit de ce mot pour dire une barque ou esquif : à Londres, on dit encore la barge du maire.

* BARGELACH, s. m. (Hist. nat. Ornith.) oiseau de Tartarie, qui habite les lieux deserts, où il est la proie des faucons ; il a la grosseur de la perdrix ; la forme de queue de l’hirondelle, & les piés du papeguai, avec le vol très-rapide : assemblage de carac-


teres qui, pouvant convenir à un grand nombre d’oiseaux, désignent assez mal le bargelach.

* BARGEMONT (Géog.) ville de France, au diocese de Fréjus.

* BARGENY (Géog.) ville de l’Ecosse méridionale, capitale de la province de Carrick. Long. 12. 38. lat. 55. 40.

* BARGUA DE REGOA (Géog. anc. & mod.) ville des Callaïques Bracariens, appellée Tantobriga ; ce n’est plus qu’un petit village au quartier de Tra-las-montes, province de Portugal, à l’occident de Bragance.

BARGUETTE, s. f. pl. sur les rivieres, espece de bateau de quarante piés de long ou environ, qui sert à passer les chevaux, & à porter des cordages pour la manœuvre de la riviere.

* BARI (Géog.) ville d’Italie, au royaume de Naples, capitale de la terre de même nom. Long. 34. 32. lat. 41. 31.

* BARI (Géog.) province d’Italie, au royaume de Naples, bornée par le golfe de Venise, la Capitanate, la Basilicate, & la terre de Lecce. Bari en est la capitale.

* BARJAC (Géog.) petite ville de France, en Languedoc, diocese d’Usès.

* BARIGA DE MORE, s. f. (Commerce.) soie que les Hollandois apportent des Indes orientales. Il y a la fine & la commune ; elles viennent l’une & l’autre sur les vaisseaux de la compagnie.

* BARJOLS (Géog.) ville de France, en Provence. Long. 23. 50. lat. 43. 35.

* BARIQUICEMETO (Géog.) contrée de la Terre-ferme, dans l’Amérique méridionale & le midi de la province de Venezuela, le long de la riviere de Bariquicemeto, qu’on nomme aussi Baria, ou Rio de S. Pietro, qui se jette dans l’Orenoque.

* BARIS (Géog.) ancienne ville de Pamphilie, dans la Pisidie, contrée de l’Asie mineure, aux environs du mont Taurus.

* BARKAN (Géog.) ville de Hongrie, proche le pont de Gran.

* BARKLEY (Géog.) ville d’Angleterre, dans la province de Glocester, sur la Saverne. Long. 15. 12. lat. 51. 43.

* BARLEMONT (Géog.) ville de Hainault dans les Pays-bas, sur la Sambre, proche Mons.

* BARLENGA (Géog. anc. & mod.) petite île de Portugal, vers la côte de l’Estramadure, vis-à-vis Santarin. Il y en a d’autres du même nom, entre lesquelles est Barlengote ; toutes s’appellent les îles de Barlenga. Barlenga étoit connu des anciens sous le nom de Londobris & d’Erythia.

* BARLETTE (Géog.) ville d’Italie, au royaume de Naples, dans la terre de Bari, sur le golfe de Venise. Long. 34. 2. lat. 41. 30.

* BARLINS. s. m. c’est dans les manufactures en soie ; le nom d’un nœud qu’on fait au commencement & à la fin des pieces pour les tordre ; noüer ou remettre. Voyez Tordre & Remettre.

BARLONG, adj. usité, en Architecture, pour signifier un plan, ou un corps dont la base a plus d’étendue à la face qu’au côté : oblong est le contraire. (P)

* BARLOVENTO (les iles de) Géog. partie septentrionale des Antilles ; on les appelle aussi insula ad ventum, parce qu’elles sont exposées au vent. On compte entre ces îles, Anguila, saint Martin, saint Barthelemi, saint Eustache, saint Christophle, Nieves ou l’île des Neiges, la Barbade, Antigoa, Montserrat, la Guadeloupe, la Desirade, la Marigalante, la Dominique, la Martinique, sainte Lucie, saint Vincent, la Barboude, Bequia, Grenadille, Grenade, & Tabago.

BARNABITES, s. m. pl. (Hist. eccl.) congrégation de clercs réguliers ainsi nommés de l’église de S. Barnabé à Milan, où ils firent leurs premiers exercices. Ils reconnoissent pour instituteurs Jacques An-