Page:Du Camp - Paris, tome 5.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion



mation du globe, point de taie, point de mouvements irréguliers ; c’est l’habitude ordinaire du corps qui dénonce leur cécité ; le regard toujours fixe, toujours perdu, comme disent les peintres, est d’une indicible tristesse. Leur œil est insensible à la douleur comme à la lumière ; j’ai vu autrefois à l’hôpital de la Charité une jeune fille charmante qui avait une amaurose ; pour se rendre compte du degré de paralysie dont elle était atteinte, on la soumit à une expérience qui parut cruelle et qui était inoffensive. À l’aide d’une loupe on fit converger les rayons solaires précisément sur l’iris limpide d’un de ses yeux : c’était de quoi allumer instantanément de l’amadou, elle ne s’en aperçut même pas.

Tous ne sont pas des aveugles-nés ; sur les 143 élèves que j’ai vus, 20 seulement étaient frappés de cécité congénitale, 33 avaient perdu la vue aux premières heures de la vie ; ceux-ci, pour la plupart, ont été clos dans une obscurité perpétuelle par suite d’une ophthalmie purulente dont ils peuvent faire remonter la cause à leurs parents ; 51 se sont fermés à toute lumière entre l’âge de quinze jours et celui de six ans ; 22 entre six et dix ans ; 17 enfin ne sont devenus aveugles qu’après l’âge de dix ans[1].

Nous avons dit que les sourds-muets qui ont entendu et parlé sont plus intelligents que les sourds-muets-nés, il en est de même des aveugles : ceux qui ont vu gardent dans le souvenir certaines notions qui les font supérieurs à leurs camarades ; ils savent ce que c’est que l’espace ; ils ont des idées presque justes sur la perspective, ils se rappellent les couleurs et aiment à en par-

  1. La proportion est identique pour les filles : sur 75 que contenait l’Institution en mars 1873, 9 étaient aveugles-nées ; 22 avaient été frappées de cécité aux premières heures de la vie ; 27 entre l’âge de quinze jours et celui de six ans ; 13 entre six et dix ans ; 4 après la dixième année.