Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 3.djvu/727

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
T3- d727 - Fig. 593. — Coquilles chargées de jeunes huîtres.png
Fig. 593. — Coquilles chargées de jeunes huîtres recueillies dans la baie de Saint-Brieuc.


dans leurs branchages et sur leurs moindres brindilles, des bouquets de petites huîtres en grande profusion. On en trouvait jusqu’à 20 000 sur une seule fascine, du diamètre de 3 à 5 centimètres. Deux de ces fascines exposées à Binic et à Pontrieux excitèrent, pendant plusieurs jours, l’étonnement et l’admiration des pêcheurs du littoral.

La figure 591 représente une fascine des huîtrières de Saint-Brieuc relevée le 25 octobre 1858 et chargée de jeunes huîtres.

La figure 592 représente, de grandeur naturelle, un rameau tiré de l’une de ces fascines.

Enfin la figure 593 fait voir des valves de coquilles qui ont servi de corps récepteurs de naissain couvertes de jeunes huîtres.

Ces résultats devaient conduire à généraliser l’ostréiculture, et à multiplier les stations d’expérience ou d’exploitation. Dans la rade de Toulon, dans l’île de Ré, dans la baie d’Arcachon, dans l’étang de Thau, avoisinant le port de Cette et le littoral de la Méditerranée, le même système fut établi, par l’Administration de la marine, avec les soins de M. Coste. Les effets obtenus furent généralement heureux, et le moment approche où nos populations pourront jouir des bienfaits d’une idée qui a trouvé sa source unique dans la science pure. Grand et beau résultat, bien digne de faire comprendre à tous la valeur et l’utilité des études scientifiques, de ces travaux que certains esprits considèrent comme de stériles abstractions jusqu’au jour où leur application pratique vient arracher aux détracteurs un cri de reconnaissance et d’admiration !

Voici les opérations de repeuplement que l’Administration de la marine a exécutées ou dirigées jusqu’à ce jour sur le littoral de la France.

Dans l’île de Ré, de la pointe de Rivedoux à la pointe de Loine, sur une longueur de trois à quatre lieues, une stérile vasière a été