Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
108
HISTOIHE DU CANADA.

du général Brown, qui le suivait par terre sur la rive anglaise afin de la nettoyer d’ennemis.

Le général de Rottenburgh qui avait cru d’abord l’armée américaine destinée contre Kingston, la fit suivre par le colonel Morrison, avec 800 hommes et quelques chaloupes canonnières. Wilkinson mit pied à terre avec une partie de ses forces au-dessus des rapides du Long Sault, d’où il continua sa route par terre sous la protection d’une arrière-garde commandée par le général Boyd. Mais arrivé à Chrystlers Fam, situé à mi-chemin entre Kingston et Montréal, se voyant pressé de trop près par les troupes anglaises, il résolut de s’arrêter pour leur livrer bataille. Le combat s’engagea le 11 novembre et dura deux heures avec une grande vivacité. Les Américains au nombre de 3000, dont un régiment de cavalerie, furent obligés de céder la victoire à leurs adversaires, qui n’étaient que le quart de ce nombre. Ce fait d’armes qui coûta 4 à 500 tués et blessés aux deux partis, fit beaucoup d’honneur au colonel Morrison et à ses troupes ; mais n’empêcha point l’ennemi de continuer sa route. La plus-grande partie des forces du général Wilkinson se trouva réunie le lendemain à Cornwall et à St. Régis au pied du Long Sault, où elle s’arrêta en apprenant le résultat de la bataille de Châteauguay et la retraite du général Hampton qui marchait sur Montréal par le lac Champlain.

L’armée du nord commandée par Hampton était restée immobile la plus grande partie de l’été.

Dans le mois de juillet le colonel Murray avait fait irruption à la tête de 1000 hommes jusque dans son voisinage. Il était parti de l’Île-aux-Noix sur une petite flottille, avait pénétré dans le lac Champlain où il avait brûlé les casernes, les arsenaux et les édifices publics de Plattsburgh, de Burlington, de Champlain et de Swanton, et était revenu sans accident après avoir répandu la terreur sur la frontière.

Dans le mois de septembre Hampton parut vouloir agir, mais il fut arrêté par le colonel de Salaberry chargé de lui disputer l’entrée de l’Acadie avec 600 hommes. Après plusieurs escarmouches, n’osant risquer une action générale dans les bois, les Américains s’étaient retirés à Four Corners, où M. de Salaberry surprit leur camp dans une reconnaissance qu’il faisait avec 200