Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
131
HISTOIRE DU CANADA

d’un tempérament jeune, indocile et vigoureux. La crainte retient la main du conducteur, et la contrainte irrite l’ardeur du coursier qui se cabre, se révolte, et brise son frein. Les métropoles se trompent souvent sur les causes de trouble. « Après tout ce qui peut-être fait, dit encore Alison, pour assurer nos possessions de l’Amérique du nord par la prudence et la prévoyance, leur conservation doit toujours dépendre principalement de l’attachement et de l’appui de ses habitans. Quoique nous devions déplorer l’effet des actes coupables et de l’ambition criminelle des révolutionnaires du Bas-Canada en aliénant les affections d’un peuple simple et industrieux, autrefois loyal et dévoué, le mal n’est pas encore sans remède ; et si on y remédie dans un bon esprit, il pourra résulter de ces maux passagers un bien durable. Ces événemens en attirant l’attention ont fait découvrir bien des abus qui sans cela seraient restés dans l’ombre, et ont fait voir la nécessité de les faire disparaître. » Mais l’abus est l’abîme insurmontable des gouvernemens coloniaux. Ceux qui désirent le plus dans la métropole les réformes, sont ceux-là même qui qualifient la conduite des réformateurs coloniaux de criminelle et de révolutionnaire. Les insurrections du Haut et du Bas-Canada en 1837 n’ont été que la conséquence de la mauvaise administration de ces deux pays, et l’obstination du pouvoir à ne pas prêter l’oreille à temps à leurs représentations exprimées solennellement par leurs députés en pleine législature pendant une longue suite d’années. Le préjugé est si difficile à vaincre, que l’historien métropolitain en indiquant le remède se taira sur la révolte du Haut-Canada, parceque ce pays est peuplé d’hommes de sa race, et notera d’infamie le rebelle du Bas parcequ’il est d’une autre origine, attribuant la conduite de l’un à la supériorité de lumières et d’énergie, et la conduite de l’autre à l’ignorance et à l’ambition. Comment le politique tiraillé par les préjugés, par les passions, par les intérêts qui l’entourent, pourra-t-il éviter de se tromper si le philosophe se laisse entraîner dans le silence du cabinet jusqu’à pervertir la vérité et faire de la même chose un crime à l’un et une vertu à l’autre.

Après la campagne de 1814, sir George Prevost était descendu à Québec où il avait réuni les chambres, dans le mois de janvier 1815. M. Panet nommé au conseil législatif avait été remplacé