Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
HISTOIRE DU CANADA.

temps de suspension au gibet, fut descendu au pied de l’échafaud, et le bourreau en ayant tranché la tête, la prit par les cheveux et la montra au peuple en disant : « Voici la tête du traître. » Il ouvrit ensuite le cadavre, en arracha les entrailles, les brûla, et fit des incisions aux quatre membres, sans les séparer du tronc.[1] Jamais pareil spectacle ne s’était encore vu en Canada. L’objet de ces barbaries était de frapper de terreur l’imagination populaire. Mais ce qu’il y eut de plus hideux dans cette tragédie, ce furent les récompenses que l’on jeta aux accusateurs et eux témoins à charge, lesquels acceptèrent sans rougir des terres considérables pour prix de leur complaisance ou de leur délation.[2] Black lui-même reçut des gratifications, qui ne lui portèrent pas bonheur, car tout le monde ne voulut plus voir en lui qu’un traître ; repoussé par ses concitoyens, couvert du mépris public, il finit par tomber dans une profonde misère, et on le vit quelques années après, rongé de vermine, mendier son pain dans la ville où il avait siégé autrefois comme législateur. Cette exécution, fruit des frayeurs des autorités coloniales, toujours plus impitoyables que celles des métropoles, ne fit que mettre davantage au jour l’esprit de l’administration et la dépendance honteuse des tribunaux, qui avaient fermé les yeux sur les violations les plus flagrantes des règles imposées par la sagesse des lois pour la protection de l’innocence.

Plus le pouvoir devenait absolu moins la représentation nationale avait d’empire. Une grande retenue caractérisait depuis un an ou deux toutes les démarches de l’assemblée, qu’on s’était mis à accuser de révolte chaque fois qu’elle voulait montrer un peu d’indépendance. Quoique l’on fût loin du théâtre de la guerre, les gouverneurs représentaient constamment les ennemis comme à nos portes, comme au milieu de nous. C’était la politique que le gouvernement, entre les mains de l’aristocratie, suivait en Angleterre pour faire repousser les idées républicaines de la France. La mission des chambres semblait devoir se borner à passer des lois pour augmenter les subsides et les pouvoirs de l’exécutif rempli d’appréhensions vraies ou simulées. Parmi ces lois exceptionnelles, il s’échappait quelquefois des délibérations

  1. Procès de David McLane.
  2. Gazette de Québec.