Page:Haag - Le Livre d’un inconnu, 1879.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V
TERREUR NOCTURNE

Ah ! qu’entends-je ! quel est ce bruit ? mon coeur tressaille :
Est-ce le frôlement plaintif de la broussaille
Où l’haleine du vent se déchire en passant ?
Au fond du noir taillis un rameau se cassant
Et traînant dans sa chute à travers le branchage
Le frémissement sourd de son épais feuillage ?
Est-ce un serpent qui fuit ? est-ce le craquement
Solennel de la Terre en son enfantement,