Page:Hauvette - Littérature italienne.djvu/610

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


590 LITTERATURE ITALIENNE nom : la a dame au renard bleu » a quitté son amant qui la trahissait et la battait, mais elle brule de le rejoindre; elle le rejoindra; — le a monsieur en deuil » a été abandonné_par sa femme, qui a suivi un amant, et , il en est inconsolable; mais il ne nourrit aucuu espoir de la reconquérir; —— quant au cc Monsieur en gris », parvenu at un degré plus avancé de désespoir, il s’em— poisonne, pour en finir. Le dialogue est sobre, coupé de silences et de jeux de scene expressifs, l’action at peu pres inexistante. Mais la platitude et le vide de ces vies livrées at la tyrannie des sens sont rendus avec une lorce réelle. On doit regretter que les oeuvres plus complexes de cet auteur n’aient pas marqué le progrés qu’on était en droit d’escompter. Parmi les plusjeunes, quelques talents réels ont été remarqués. Leo Ferrero (fils de l’historien, né en l903), a composé deux drames, La chioma di Berenice et Le campagne senza Madonna (1925}, écrits d’un style tres soigué, et qui renferment de séduisantes promesses. Les concours littéraires ont mis quelques noms en vedette, notamment celul de Ugo Betti, cle Parmc, auteur d’un drame violent La Padrona (1927}; Ie prix Bagutta pour 4931, a été décerné 5 un drame, rc Les derniers seront les premiers » de Gino Rocca (né en 1892), en qui apparalt la tendance heureuse, tout eu voulant rester moderne, de se rapprocher du drame traditionnel, dans lequel il s’agit surtout de versei· uu peu d’humanité simple, vraie, douloureuse ou joyeuse tour at tour, au lieu de s’épuiser in la poursuite de l’ét1·ange, de Vincroyable, du jamais vu, avec une surte d’exaspération. Plus encore qu’au roman -— et surtout in la poésie, destinée in une élite -— il faut au théatre un contact