Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sublimes idées, une fois simplifiées, sont, de l’aveu de tous les philosophes, réductibles à cette proposition claire : le blanc est blanc : le noir est noir ;

Que toute vérité de cette espece est à la portée de tous les esprits ; qu’il n’en est donc aucune, quelque grande et générale qu’elle soit, qui, nettement présentée et dégagée de l’obscurité des mots, ne puisse être également saisie de tous les hommes, communément bien organisés. Or pouvoir également atteindre aux plus hautes vérités, c’est avoir une égale aptitude à l’esprit. Telle est la conclusion de la seconde section.

L’objet de la troisième section est la recherche des causes auxquelles