Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

faut pas croire l’enfance et la premiere jeunesse sans jugement.

Des prétendus avantages de l’âge mûr sur l’adolescence : qu’ils sont nuls.

Des éloges donnés par M. Rousseau à l’ignorance ; des motifs qui l’ont déterminé à s’en faire l’apologiste :

Que les lumieres n’ont jamais contribué à la corruption des mœurs ; que M. Rousseau lui-même ne le croit pas.

Des causes de le décadence des empires : qu’entre ces causes l’on ne peut citer la perfection des arts et des sciences ;

Et que leur culture retarde la ruine d’un empire despotique.

Dans, la section VI, Helvétius