Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

exercices publics de son college, voulut réussir dans tout ce qui pouvoit être loué. Il avoit d’abord détesté la danse et l’escrime ; il excella depuis dans ces deux arts. Il a même dansé à l’opéra sous le nom et le masque de Javillier, et a été très applaudi.

Son émulation, qui s’étendoit à tout, ne prit jamais le caractère de l’envie. Il aimoit ses jeunes rivaux ; il avoit gagné leur confiance. Ils étoient sûrs de sa discrétion dans ces petits complots que la sévérité des maîtres et le besoin du plaisir rendent si communs parmi les jeunes gens.

Il étoit encore au college, lorsqu’il connut le livre de l’Entende-