Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

cune société, été portée au degré de perfection ou maintenant elle est par-

    vêtus que nous par la nature, ont moins de besoins, et doivent par conséquent avoir moins d’invention. Si les animaux voraces ont en général plus d’esprit que les autres animaux, c’est que la faim, toujours inventive, a dû leur faire imaginer des ruses pour surprendre leur proie.

    4° Les animaux ne forment qu’une société fugitive devant l’homme, qui, par le secours des armes qu’il s’est forgées, s’est rendu redoutable au plus fort d’entre eux.

    L’homme est d’ailleurs l’animal le plus multiplié sur la terre : il naît, il vit dans tous les climats, lorsqu’une partie des autres animaux, tels que les lions, les éléphants et les rhinocéros, ne se trouve que sous certaine latitude.

    Or, plus l’espèce d’un animal susceptible d’observation est multipliée, plus cette espèce d’animal a d’idées et d’esprit.

    Mais, dira-t-on, pourquoi les singes,