Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

le siècle de Louis XIV, une philosophie lumineuse répandue sur plusieurs genres, beaucoup de génie, plusieurs sortes de mérite, attiroient sur M. de Voltaire les regards de la France et de l’Europe. Personne n’a plus excité que lui l’admiration et l’envie. La partie du public qui ne se rend pas l’écho d’hommes de lettres jaloux, les jeunes gens qui dans leurs lectures cherchent de bonne foi du plaisir ou des modeles, étoient ses admirateurs. Le reste à-peu-près composoit le nombre de ses ennemis. Son amour pour les lettres, son art de louer, dont il n’a fait que trop d’usage, sa politesse, son envie de plaire, ne pouvoient calmer la rage de l’envie. Il cher-