Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

mains étoient fermiers-généraux. Continuez-donc, Atticus. »

Atticus continua. Il est d’usage que la compagnie des fermes envoie dans les provinces les plus jeunes des fermiers. Ils sont chargés de s’instruire des différentes branches des revenus, de veiller sur les commis, et de faire exécuter les ordonnances. Dans ces voyages, qu’on appelle tournées, Helvétius visita successivement la Champagne, les deux Bourgognes et le Bourdelais ; et nulle part il ne se fit une loi de donner toujours raison aux préposés de la ferme, et toujours tort au peuple. Il ne vouloit point recevoir l’argent des confiscations ; et souvent il dédommagea le malheureux