Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

et, sans cette industrie, occupés dans les forêts du soin de nous défendre et de disputer notre subsistance, à peine aurions-nous formé quelques sociétés foibles ou barbares.

Les objets dont les sens nous transmettent les idées ont des rapports avec nous et entre eux. L’esprit humain s’éleve à la connoissance de ces rapports : voilà sa puissance et ses bornes. L’appercevance de ces rapports est ce qu’on appelle jugement.

Juger, c’est sentir.

La couleur que je nomme rouge agit sur mes yeux différemment de la couleur que je nomme jaune. L’idée de cette différence est un jugement ; ce jugement est une sen-