Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

parole. Telle est l’estime générale pour Homere, que tout le monde loue, et qui n’est lu que des gens de lettres.

Chaque homme a de soi la plus haute idée, et n’estime dans les autres que son image, ou ce qui peut lui être utile.

Le fakir et le sibarite, la prude et la coquette, se méprisent. Le philosophe qui vivra avec des jeunes gens sera l’imbécille, le ridicule de la société. L’homme de robe, l’homme de guerre, le négociant, croient chacun sincèrement que leur sorte d’esprit est la plus estimable.

Ainsi la grande société, la nation, se divise en petites sociétés, qui, selon leurs occupations, leur rang,