Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

leur état, estiment la sorte d’esprit avec laquelle elles ont du rapport.

À la cour, on estime sur-tout les hommes du bon ton, quoiqu’ils soient, pour la plupart, frivoles ineptes, ignorants.

Si les petites sociétés n’estiment que l’esprit qui est plus près de leur esprit, le public n’accorde son estime qu’à l’esprit qui est utile au public.

En conséquence de cette vérité, l’esprit qui réussit dans les sociétés particulieres réussit rarement dans le public.

Tel homme, au contraire, tel ouvrage, font honneur à la nation, et ne réussissent pas dans les sociétés particulieres.