Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

pour faire ces efforts, il faut avoir des passions.

Ce sont les passions qui fécondent l’esprit et l’élevent aux grandes idées. Ce sont elles qui ont formé et conduit Lycurgue, Alexandre, Épaminondas, etc. etc. ; ce sont elles qui ont inspiré les vastes projets, les moyens extraordinaires, les mots sublimes, qui sont les saillies des ames fortement passionnées.

On devient stupide dans l’absence des passions.

Les princes montrent quelquefois de l’esprit pour s’élever au despotisme. Leurs desirs sont-ils remplis, ils n’ont plus le courage de s’arracher aux délices de la paresse, et ils s’abrutissent dans leurs grandeurs.