Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

rance de posséder des houris ou les valkyries, ont été avides de la mort. Par-tout où les lettres menent à la considération ou à la fortune, elles sont cultivées avec succès.

Le bon sens, qui est l’effet des passions foibles, ne crée, n’invente, ne change, ni n’éclaire. Quand tout est dans l’ordre, il remplit assez bien les grandes places. Faut-il réformer des abus, il ne montre que de l’ineptie.

Il n’y a que le génie inspiré par les passions fortes qui fonde ou répare la constitution des empires.

Le goût est la connoissance de ce qui doit plaire à tous les hommes, ou au public d’une certaine nation. On acquiert le goût de cette derniere