Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

parler de législation, attendu qu’on trouve dans l’évangile tout ce qu’il faut savoir là-dessus ; qu’il n’y a rien dans les livres sacrés, ni dans les saints peres, de ce qui est contenu dans le livre de l’Esprit ; que l’amour de la gloire et l’amour de la patrie doivent être condamnés comme passions, parce que toutes les passions sont les fruits du péché. »

D’autres théologiens aussi lumineux disoient « que la philosophie des Encyclopédistes et d’Helvétius répandoit une odeur de mort qui infecteroit toute la postérité, et que c’étoit une plante maudite qui étoufferoit d’âge en âge le bon grain semé dans le champ du père de famille. »