Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Helvétius reçut d’abord toutes ces critiques avec tranquillité ; il ne pensa pas même à répondre à des accusations si vagues et si absurdes. Comment l’auroit-il fait ? Comment prouver, dit Pascal, qu’on n’est pas une porte d’enfer ? Il eut quelque inquiétude, lorsqu’il fut menacé d’une censure de la Sorbonne. Il la vit paroître, et ne la trouva que ridicule. Une suite de quelques unes des propositions condamnées par cette faculté justifiera bien le mépris d’Helvétius.

« La sensibilité physique produit nos idées ; ou, ce qui revient au même, nos idées nous viennent par les sens. »

« Le desir de notre bonheur suf-