Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

fit pour nous conduire à la vertu. »

« C’est par de bonnes lois qu’on rend les hommes vertueux. »

« La douleur et le plaisir font penser et agir les hommes. »

« Il faut traiter la morale comme les autres sciences, et faire une morale comme une physique expérimentale. »

« C’est à la différente maniere dont le desir du bonheur se modifie, qu’on doit ses vices et ses vertus. »

« Les hommes ne sont point méchants, mais soumis à leurs intérêts. »

« Les actions vertueuses sont les actions utiles au public. »

« De tous les plaisirs des sens l’amour est le plus vif. »