Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

« Il faut moins se plaindre de la méchanceté des hommes que de l’ignorance des législateurs, qui ont toujours mis en opposition l’intérêt particulier et l’intérêt général. »

« Un sot porte des sottises, comme le sauvageon porte des fruits amers, etc., etc. »

Peu de temps après que cette censure eut paru, quelques prêtres, et le nommé Neuville, jésuite, prêcherent à Paris et à la cour contre le livre de l’Esprit.

La haine des molinistes et des jansénistes étoit alors dans la plus grande activité. Ces deux partis s’accusoient réciproquement de trahir les intérêts de la religion ; et, pour s’en justifier, les uns et les autre se