Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Il proposa d’abord à Helvétius de signer une petite rétractation qui devoit, disoit-il, lui ramener les bontés de la reine, et le préserver des fureurs jansénistes. Le philosophe Helvétius consentit à répéter dans un écrit particulier ce qu’il avoit dit dans sa préface, « que si, contre son attente, quelques uns de ses principes n’étoient pas conformes à l’intérêt du genre humain, il déclaroit d’avance qu’il les désavouoit, et que, sans garantir la vérité d’aucune de ses maximes, il ne garantissoit que la droiture et la pureté de ses intentions. »

Le jésuite se fit d’abord valoir d’avoir obtenu une espèce de rétractation ; mais il en vouloit une plus