Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Sans doute plusieurs des vérités qui se trouvent dans son livre se trouvent chez les anciens ; mais là elles sont éparses, isolées, sans qu’on ait apperçu les rapports qui sont entre elles. Dans Helvétius, au contraire, elles sont liées, elles s’appuient, et forment le systême de l’homme.

Cette vérité, Toutes nos idées nous viennent des sens, se trouve dans Aristote et dans Épicure ; mais ce n’est que dans Locke qu’elle est développée, démontrée, et qu’elle fonde la connoissance de l’esprit humain. Par conséquent, c’est à Locke qu’elle appartient.

Ce qui est vice au nord est vertu au midi, est dans Montagne comme dans Helvétius : mais dans Montagne