Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tre souvent les idées intermédiaires ; mais cette chaîne n’existe pas moins. Elle échappe dans Helvétius, parceque les idées intermédiaires étant ou très neuves, ou très importantes, il les développe, il les étend, il les embellit. Alors l’esprit, frappé de plusieurs détails, perd de vue la suite des idées principales ; mais cette suite n’est pas moins dans l’ouvrage.

On osa dire qu’Helvétius anéantissoit toutes les vertus, parcequ’il faisoit de l’intérêt le mobile de toutes les actions. Mais qu’est-ce qu’Helvétius entend par le mot d’intérêt ? L’amour du plaisir, l’aversion de la douleur. À quoi se réduit donc ce qu’il dit ? À cette vérité éternelle