Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Devant les. cieux qu’emplit un vague aspect d’effroi,
Sur tout, sans savoir qui, sans demander pourquoi,
Le philosophe pleure, aime, intercède, prie.
Il pense ; il sonde avec sa prunelle attendrie
Le mystère, et comprend que quelqu’un gémit là.
Il parle à l’infini comme Jean lui parla ;
Il y penche son âme et par cette. ouverture
Répand un sombre amour sur la vaste nature ;
Il bénit à voix basse en marchant devant lui
Toutes les profondeurs de l’ombre et de l’ennui,
L’antre, l’herbe, les monts glacés, les arbres torses,
Les courants, les aimants, l’hydre aveugle des forces,
Les joncs tremblants, les bois tristes, les rochers nus,
L’air, l’onde, et le troupeau des monstres inconnus ;
Il console, incliné ; ce qui vit, ce qui souffre,
Et, tous les noirs captifs invisibles du gouffre,
Épars dans l’Être horrible aux effrayants halliers,
Enchaînés aux carcans ou tirant des colliers.
Il perçoit les soupirs des visions funèbres ;
Il sent râler l'espace et souffrir les ténèbres ;
Il console et secourt plus bas que l’animal ;
Tendre, il fait du bien, même à ce qui fait du mal ;
Sans distinguer sur qui tombent ses pleurs, lui-même
N’étant qu’une lueur flottant dans le problème,
Il prie, argile, chair, larve ; et semble un rayon
Aux sombres yeux ouverts dans l’expiation.

L’ardeur d’apaiser tout est sa sublime fièvre ;
Il va ! prophète ou non, qu’importe que sa lèvre
Ait ou n’ait pas le feu du céleste charbon !
Il sait bien qu’on l’entend, qu’il suffit d’être bon,