Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



L’homme est faible ; il n’a pas encor trouvé sa loi.
Aussi le prêtre dit : -Il lui faut une foi ;
Il lui faut un appui qui ne soit pas la terre.
-Et, comme, en vérité, l’homme, au bien réfractaire,
Se livre, bon, au mal, et, petit, à l’orgueil ;
Comme nous sentons, nous, gardiens de votre seuil,
Satari dans le meilleur et Titan dans le moindre,
On voit de toutes parts. les religions poindre.
Mais sont-ce les lueurs vagues de l’horizon ?
Est-ce Dieu qui se. montre à l’humaine raison ?
Pourquoi ces visions s’offrent-elles à l’âme,
L’une couleur de sang, l’autre couleur de flamme ?
Qu’ont-elles de réel ou de faux ? questions !
Et de l’esprit humain les noirs amphictyons,
Les douteurs, les Pyrrhons, les Voltaires, les Hobbes,
Regardent effarés toutes ces sombres aubes.

XI Voilà l’homme.