Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Que d’escarpements ! L’esprit songe,
Au bord des problèmes venu.
Partout des puits noirs où l’oeil plonge :
Le ciel ; la terre, l’inconnu ;
Le mystère, embûche sublime ;
Le mal, abîme ; l’âme, abîme ;
Le tombeau, précipice ; Dieu.
Profondeur tellement étrange
Que le tonnerre, l’astre et l’ange
S’y perdent dans de-l’ombre-en feu !

Oh ! l’immensité, quelle Bible !
L’homme tremble et se sent puni :
La contemplation terrible
De l’absolu, de l’infini,
Nous démontre notre poussière,
Et fait écrouler pierre à pierre
Dans les gouffres de l’horizon,
Comme des murs dans des tranchées,
Ces deux énormes tours penchées,
Notre orgueil et notre raison !