Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ô douceur, sainte esclave ! ô bonté, sainte reine !
Que la bête ait en l’homme un maître respecté !
Que, partout où. la vie est en proie à la peine,
La douceur porte la bonté !