Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LXVIII Collabore avec Dieu ;


Collabore avec Dieu ; prévois, pourvois ; prends soin
De l’univers ; veille, aide ; et répare au besoin ;
Prends dans ta main, savant, prends dans ta main, druide,
La gravitation, la chaleur, le fluide,
Ces aimants où l’on sent comme une volonté,
Ces flux et ces reflux d’intime affinité,
Tout ce vaste filet de lois impérieuses,
De fécondes clartés, d’ombres mystérieuses,
Freins que l’élément ronge, enchaînements, réseaux
Où l’on entend souffler d’invisibles naseaux ;
Mets ton tablier, homme, et fourbis-moi ces boucles
De soleils, de rayons, d’étoiles, d’escarboucles,
Ces noeuds de l’Inconnu que toi seul tu connais ;
Sois le palefrenier de ce sombre harnais
De forces, de courants, d’attraction profonde,
Qui bride et qui contient l’effrayant cheval Monde ;
Et s’il veut, dérobant sa bouche horrible au mors,
Briser ces lois, qui font même obéir les morts,
Interviens,, et rajuste avec ton bras énorme
Le noir caparaçon sur sa croupe difforme.