Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Oh! tandis que! le roi, brisant murs et palais,
Bat cette pauvre ville avec ses noirs boulets,
Dresse en ce. sombre. camp, plein de splendeurs vulgaires,
Ta tente, intëlligence! et rêve au bruit des guerres,
Et-.songe; toi que Dante eût pris pour compagnon,
Quel engin il faudrait, et quel fameux canon,
Et quelle armée énorme à tes pieds amassée;
Pour jeter bas la tour bâtie en ta pensée!
 

XI Quand tu marches,