Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome VIII.djvu/565

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
547
NOTES POUR L’HOMME QUI RIT

Son tribunal, cour de baron.
Son entrée à la Chambre.
Son premier discours.
Visite : la reine.
Chiquenaude à un groom de l’aumônerie.
Procès. — Le grand sénéchal rit. — Acquittement humiliant.
Josiane et lord Augustus.
Son désespoir.0

Chiquenaude ayant fait saigner du nez dans le palais de la reine. La peine pour ce fait était le poing coupé ; il est vrai que, comme il s’agissait d’un lord, on pouvait faire grâce et se borner à lui faire trancher la tête, grande faveur ; le poing coupé était infamant et la tête tranchée était honorable.

Josiane : « J’ai entendu dire que vous aviez un procès, mon cher. Eh bien, où en êtes-vous ? »


D’après cette note, et celles qui suivent, Gwynplaine serait resté quelque temps pair d’Angleterre, oubliant Dea, malheureux, mais résigné à la grandeur :

Il s’aperçut de l’effet étrange de son visage. Il ne revit personne que dans l’ombre. Triste, mais espérant.

Après son apparition à la chambre et son fiasco, il perdit l’espérance.

Une première entrevue très courte à Winchester.

— Mylord, dit Josiane, je crois devoir prévenir votre Seigneurie que lord Augustus vient me voir tous les jours de trois heures à cinq. Nous faisons une promenade à cheval ensemble.
— Pourquoi me dites-vous cela, madame ? demanda Gwynplaine.

La duchesse répondit :

— Pour que vous preniez d’autres heures…

Entretien de Josiane avec lord Cyrus :

— Il est plus que difforme, il est terrible. A-t-il une âme ? je ne sais. Il n’y a d’âme que dans un Apollon tel que vous. Vous êtes Apollon. Maintenant écoutez. Si je vous épouse, nous serons pauvres. Nous n’aurons à nous deux que dix mille guinées de rente. C’est mourir de faim. Cependant je suis prête. Je vous aime. Si j’épouse lord Clancharlie comme le veut la reine, je reste riche. Je continue d’être déesse et vous dieu. J’ai ma cour, mes palais, mes chasses, mes chiens, mes courtisans. Je donne des fêtes, que je vous dédie. C’est la grande vie de l’empyrée. (Etc. Développer.)
— Que me conseillez-vous, Cyrus ?
— D’épouser lord Clancharlie.
— Clancharlie ?
— Vénus a épousé Vulcain.

Un moment après, Clancharlie entend le bruit d’un baiser et la voix étouffée de Josiane qui disait : « Je t’aime ! »