Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


supposant C M pour rayon : donc D P, considérée comme égale à C L, sera à D S comme 99 324 à 70 283. Et ainsi se connaît le rehaussement du point du fond I par la réfraction de cette section.

Fig. 38 : Exhaussement apparent du fond d'un cristal de spath d’Islande.
Fig. 38.

41. Soit maintenant représentée l’autre section par E F dans la figure qui est devant la précédente (Fig. 36), et que G M g soit la demi-ellipse, considérée aux nos 27 et 28, qui se fait par la coupe d’une onde sphéroïde ayant le centre C. Que le point I, pris dans cette ellipse, soit imaginé derechef au fond du cristal, et qu’il soit vu par les rayons rompus I C R, I cr (Fig. 38), qui vont rencontrer les deux yeux, étant C R, cr également inclinées à la surface du cristal G g. Ce qui étant ainsi, si l’on tire I D parallèle à C M, que je suppose être la réfraction du rayon perpendiculaire qui tomberait sur le point C, les distances D C, D c seront égales, comme il est aisé de voir par ce qui est démontré au