Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


proportionnelle aux lignes N et C G : aussi sera D P alors censée égale à C L. Or C G étant de 98 778 parties dont C M en contient 100 000, N est de 156 962 : donc D S sera de 62 163. Mais C L est aussi déterminée, et contient 99 324 parties, comme il a été dit nos 34 et 40, donc la raison de P D à D S sera comme de 99 324 à 62 163. Et ainsi l’on sait le rehaussement du point du fond I par la réfraction de cette section ; et il paraît que ce rehaussement
Fig. 40.
est plus grand que par la réfraction de la section précédente, puisque la raison de P D à D S était là comme de 99 324 à 70 283.

Mais par la réfraction régulière du cristal, dont nous avons dit ci-dessus que la proportion était de 5 à 3, le rehaussement du point I ou P du fond sera de 2/5 de la hauteur D P ; comme il paraît par cette figure (Fig. 40), où le point P étant vu par les rayons P C R, P cr, également rompus en la surface C c, il faut que ce point paraisse en S, dans la perpendiculaire P D, où concourent les droites R C, rc prolongées : et l’on sait que la ligne P C à C S est comme 5 à 3, puisqu’elles sont entre elles