Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/421

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. 297

saurait rien faire qui vaille. A ce chapitre se rattache naturellement celui qui suit :

Une tribu s'avilit qui consent à payer des impôts et des contributions.

Une tribu ne consent jamais à payer des impôts tant qu'elle ne se résigne pas aux humiliations. Les impôts et les contributions sont un fardeau déshonorant, qui répugne aux esprits fiers. Tout peuple qui aime mieux payer un tribut que d'affronter la mort a beaucoup perdu de cet esprit de corps qui porte à combattre ses ennemis et à faire valoir ses droits. Si cet esprit est trop faible pour lutter contre l'oppression, comment pourra-t-il entraîner la tribu à résister aux attaques et à venger ses injures.»* Un tel peuple s'est déjà résigné à la dégradation; et cela suffit, ainsi que nous l'avons fait observer, pour l'empêcher (de fonder un empire). Nous lisons dans le Sahîh (d'El- Bokhari), au chapitre de l'agriculture, que le Prophète, ayant vu un soc de charrue dans une maison appartenant à un de ses partisans P. 258. médinois, prononça ces paroles : « Ces choses n'entrent pas dans une maison sans que l'avilissement n'entre dans les âmes de ceux qui l'habitent. « Cela prouve clairement que les impôts dégradent les peuples ^ Ajoutons que cette humiliation amène avec elle les habi- tudes de fraude et de tromperie qui naissent sous une puissance coercitive. Nous lisons dans le Sakih que le Prophète s'écria : « Dieu nous préserve des impôts! » On lui demanda pourquoi il faisait cette prière, et il répondit : « L'homme qui paye un impôt ^ parle et dit des mensonges; il promet pour ne pas tenir. » Toutes les fois que vous verrez une tribu soumise à l'impôt et portant le collier de la servi- tude, soyez assuré qu'elle ne parviendra jamais à fonder un empire. Les indications qui précèdent suffiront pour réfuter l'assertion que

' Selon l'auteur du Mishkat el-Masabîh pêcher de s'adonner, par lâcheté , aux

(traduction anglaise du capitaine Mat- travaux agricoles. Voyez du reste les Pro/e-

thews, vol. II, page ^g), le Prophète s' ex- gomènes, texte arabe, 2° partie, p. 296. prima ainsi afin de pousser ses partisans ' PourotK^ ij^ri (J K lisez J^jJ) q!

à combattre pour la foi, et de les em- OtV* fy-^ î-t.

Prolégomènes. 38

�� �