Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXXVI PROLÉGOMÈNES

et en fut tellement ému qu'il promit de me faire sortir de prison aussitôt qu'il rentrerait à Fez. Cinq jours après son arrivée dans cette dernière ville, il tomba gravement malade , et quinze jours plus tard il mourut ^ Cela eut lieu le 2 4 du mois de dou 'l-hiddja 769 (28 novembre 1 358). El-Hacen Ibn Omar, vizir et régent de l'empire, s'empressa alors de me mettre en liberté avec plusieurs autres pri- sonniers, et, m'ayant revêtu d'une robe d'honneur, il me fit mon- ter à cheval et me réintégra dans mes emplois. Je voulus retourner à ma ville natale, mais je ne pus obtenir son consentement; aussi je me résignai à jouir des marques de faveur qu'il se plaisait à m'ac- corder.

Le sultan Abou Salem me nomme secrétaire d'état et directeur de la chancellerie.

Abou Salem ^, ayant passé d'Espagne en Afrique avec l'intention de prendre possession du trône, s'établit dans le Safîha, montagne du pays des Gbomara *. Pendant ce temps le khatîb * Ibn Merzouc agis- sait secrètement à Fez afin de lui procurer des partisans, et, connais- sant les liaisons d'amitié qui m'attachaient aux principaux chefs mé- rinides, il eut recours à mes services dans l'espoir de gagner ces officiers; et, en effet, je décidai la plupart d'entre eux à promettre leur appui au prince. J'étais alors secrétaire de Mansour Ibn Soleï- man, qui venait d'être placé par les chefs mérinides à la tête de l'em- pire '^i et qui s'occupait avec eux à faire le siège de la Ville-Neuve (de Fez) , dans laquelle le vizir El-Hacen Ibn Omar s'était enfermé avec

' Il mourut assassiné. (Voy. l'Histoiredes jusqu'à Nokour, dans le Rîf marocain. La

Berbers, t. IV, p. 3 18.) montagne qui portait le nom de Sajîha

  • Abou Salm, fils du sultan Abou est probablement celle qui s'élève au sud

'1-Hacen , fut déporté en Espagne par ordre de Tétouan.

de son frère, Abou Eïnan. Après la mort ' Ibn Merzouc s'était distingué à Tlem-

de celui-ci , il rentra en Afrique avec l'in- cen par son talent comme prédicateur

tention d'enlever le trône à son neveu ( khatîb). Sa biographie se trouve dans

Saîd, quele vizir El-Hacen Ibn Omar avait VHistoire des Berbers, t. IV, p. 347 et *'^'^-

fait proclamer souverain. Mansour Ibn Soleïraan, arrière-petit-

^ Les Ghomara, tribu berbère, occu- fils d'Abd el-Ouahed , fils de Yacoub Ibn

paient le pays qui s'étend depuis Tétouan Abd el-Hack , cinquième souverain de la

�� �