Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIBN KHALDOUN. 335

étaient soumis. Après eux on vit s'élever l'empire des Zenata. Ce peuple, depuis le commencement de sa carrière, avait toujours été moins nombreux que les Masmouda ; aussi leur était-il inférieur quant à l'étendue de son empire. Le même fait se reconnaît encore quand on considère l'état des Zenatiens' du Maghreb : celui des Méri- nides (en Maroc) et celui des Béni Abd el-Ouad (àTlemcen). Lorsque les Mérinides commencèrent à faire des conquêtes, ils étaient plus nombreux que les Béni Abd el-Ouad ; aussi les surpassèrent-ils par la puissance et l'étendue de leurs possessions ; ils les vainquirent même à plusieurs reprises. On assure que les Mérinides avaient d'abord trois mille hommes sous les armes, et que les Béni Abd el-Ouad n'étaient que mille ^. Il est vrai que ces nombres augmentèrent plus tard , avec le progrès du bien-être général et par l'adjonction d'une foule de partisans.

Donc l'étendue d'un empire et sa puissance sont en rapport direct avec le nombre de ceux qui l'ont fondé. Il en est de même de la durée des empires. La durée de toute chose qui a eu un commence- ment dépend de la force du tempérament de cette chose ; or le tempérament des empires^, c'est l'esprit de corps. Plus cet esprit est fort, plus l'empire se distingue par la vigueur de son tempérament et par sa durée. C'est dans les masses nombreuses que l'esprit de corps se développe le mieux, ainsi que nous l'avons déjà dit.

Ce que nous venons d'exposer dépend d'une cause réelle. Quand un empire commence à perdre de son étendue, c'est aux frontières que ce rétrécissement a lieu*. S'il se compose d'un grand nombre de P. 296. provinces, ses frontières seront très-éloignées de la capitale et auront un vaste développement. Chaque perte de territoire a lieu dans un certain temps. Si les provinces sont nombreuses, ces époques de diminution seront nombreuses aussi ; car chaque province a un temps pour se maintenir et pour faiblir. (Donc un empire renfermant beau- coup de provinces) aura une longue durée.

' Pour JCj'UlJÎ, lisez ijUJ. ' Pour jJjjjf, lisez JjOjf.

' Le mot .Jtsc est de trop. * Après ftV«j', insérez ^j.

�� �