Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


xr, PROLEGOMENES

redressement des griefs ', et me procura ainsi l'occasion de faire droit aux justes réclamations de bien du monde; j'espère que Dieu m'en tiendra compte! Pendant ce temps je fus en butte aux ca- lomnies d'ibn Merzouc, qui, poussé par la jalousie et l'envie, cher- chait à me nuire auprès du prince, et non-seulement à moi, mais à toutes les autres personnes qui remplissaient des postes élevés dans

tr>j— Lsj ^^)-A_cl i_jL^ '-(-r?-' i^jf es' 0"*))^^--= ô- » "f- >^

(_ij #^L_J AU j «, qI i=, l_^

cœur et n'avoue pas qu'elle l'a pris. — Pendant les atteintes de l'adversité et pendant que les envieuï et les espions baissaient les yeux avec d(5pit. . .

[Une lacune de deux mots ou cinq syllabes se fait remarquer dans le vers suivant et le rend inintelligible. Dans les vers qui viennent après, le poète paraît s'adresser à lui-même.]

loi qui pousses tes chameaux au hasard dans le désert! toi qui prolonges tes marches depuis le matin jusqu'au soir! — toi qui te laisses tomber du chameau le mieux dressé! toi que la fatigue et les atteintes de la lassitude ont rendu comme un homme ivre! — toi auquel les vents du midi et de l'occident essayent d'arracher l'ample manteau quand ils se rencontrent! — si tes compagnons de voyage, brûlés par l'ardeur de l'amour, errent à l'aventure, la passion qui embrase ton cœur sera pour eux, chaque nuit, une fontaine où ils pourront étancher leur soif. — Chaque désir qui n'est pas dirigé vers la bien-aimée nous amène le désappointement et nous expose à la mort. — Pour- quoi ne diriges-tu pas les poitrails de tes chameaux vers le seul objet qui puisse satisfaire à nos yeux et à nos cœurs? — Pourquoi ne vas-tu pas à Médine, où tu trouveras un abri contre les re- proches dont tu as peur ? — ( Marche vers ce lieu ) où les signes du prophétisme se sont manifestés à tous, où l'on récite des versets (du Coran) renfermant des histoires meiTeilleuses; — (du Coran ,j mystère admirable, que la terrs ne saurait Ciicher dans son sein, car rien ne peut dérober à la vue les mystères de Dieu!

' Voyez ci-après, p. 45 1.

��� �