Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/588

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


464 PROLEGOMENES

dynastie. Les Obéidites (Falémides) de l'Ifrîkiya el de l'Egypte sui- virent aussi ce système, mais les Oméiades ne Tadoptèrent pas; ceux qui régnèrent en Orient, et qui formaient la première dynastie de la lamille , se conduisaient en tout avec la simplicité et la rudesse des premiers temps; il avaient conservé le caractère et les sentiments qui distinguent les Arabes nomades, et, chez eux, les marques particu- lières qui indiquent l'habitude de vivre dans les villes n'avaient pas remplacé celles qui distinguent l'habitant du désert. Quant aux Oméiades de l'Espagne, ils firent comme leurs aïeux (de la première ]'. /ni. dynastie), parce qu'ils croyaient ne pouvoir^ s'attribuer le titre d'émir el-moumenîn tant qu'ils ne seraient pas maîtres du khahfat, dont les Abbacides s'étaient emparés, et tant qu'ils ne posséderaient pas le Hidjaz ^, berceau du peuple arabe et de la religion. Ils se voyaient aussi trop éloignés du siège du khahfat, du centre de la nationalité musulmane. D'ailleurs pour se garantir contre les Abbacides, qui cherchaient toujours à les perdre, il ne leur fallut rien moins que de s'être établis dans le gouvernement d'un pays lointain. Au com- mencement du iv^ siècle, Abd er-Rahman III monta sur le trône et prit le surnom d' En-Nacer. Il était lils d'Abd-Allah ^, fils de Moham- med, fils d'Abd er-Rahman II. Sous son règne, on apprit que les clients des khalifes de l'Orient tenaient leurs souverains en tutelle et les empêchaient de communiquer avec qui que ce fût; on sut aussi qu'ils portaient leur audace jusqu'à les maltraiter, à les dé- poser, à les assassiner et à leur crever les yeux, Abd er-Rahman prit alors la résolution d'adopter les usages suivis par les khalifes de l'Orient et par ceux de l'Ifrîkiya (les Fatémides.). Il prit le titré d'émir el-moumenîn et le surnom dUEn-Nacer li-Din Illah (l'aide de la religion de Dieu). Son exemple devint une règle pour ses successeurs, eux

' Pour i>y~f, lisez o^J^. tion sur le Hidjaz, pays de la race arabe,

' Deux manuscrits et l'édition de Bou- et qu'ils seraient éloignés du siège du

lac portent: J^f jUf tiLU ^ ^^-ajJL khalifat. »

iàjli- ^b ^^c i)mJ\^ V.^*^ " '^"^ qu'ils Lisez, avec l'édition de Boulac:« Il était

ne pourraient pas étendre leur domina- fils de Mohammed, fils d'Abd Allah, etc.»

�� �