Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/213

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

chez dans le droit chemin de la paix & que vous aurez le bonheur de jouir encore une fois de ma presence.

Que si vous pouvez parvenir à vous mépriser tout-à-fait vous-même, vous serez alors dans la plus profonde paix qu’on puisse esperer en ce monde.


CHAPITRE XXVI.
De la liberté du cœur, qui s’acquiert par l’oraison, plûtôt que par la lecture.
Le Disciple.

SEigneur, il faut être un homme parfait, pour avoir l’esprit toûjours appliqué aux choses du Ciel, & pour être aussi tranquille dans le tumulte du monde, que si l’on n’avoit rien à faire.

Cette quiétude, ô mon Dieu, ne vient pas d’oisiveté & de paresse : c’est un don propre des ames entierement libres, & détachez des créatures.

Délivrez-moi, je vous en conjure, des soins superflus de cette vie, de peur que ce ne me soit un sujet de distraction & de trouble.

Ne permettez pas que je donne trop de tems aux necessitez du corps, de peur que je n’y recherche la satisfaction des sens. Tirez mon ame de l’embarras où elle est ; soulagez là dans ces peines, de crainte qu’elle n’y succombe.